Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Observatoire Des Transidentités

Observatoire Des Transidentités

L’Observatoire des transidentités (ODT) est un site indépendant d’information, de productions de savoirs et d’analyses sur les questions trans, inter et les questions de genre. Le site est liée à la revue "Cahiers de la transidentité". L'ODT s’appuie sur un réseau d’acteurs-actrices de terrain, d’associations-partenaires et d’universitaires mis en lien sans hiérarchiser savoirs militants et savoirs académiques.


La transphobie dans les discours et les pratiques psychologiques

Publié par Observatoire Des Transidentités sur 30 Mai 2013, 09:10am

Catégories : #Articles, #Entretiens

L. R

 

Militante fem & féministe, engagée dans les luttes transpédégouines
(Ex-?) étudiante en psychologie

 

 


 

 

La transphobie dans les discours et les pratiques psychologiques


 

 

Mon engagement militant, au sein des luttes féministes et transpédégouines, allié à la colère grandissante que m'inspirait une partie de mon cursus universitaire en psychologie, m'ont amené à vouloir étudier la transphobie dont se rendait coupable un certain pan de la psychologie. Je vais vous présenter un résumé de mon Travail d'Etudes et de Recherche (TER) de fin de licence, datant de 2011.


L'objectif de ce TER était donc de faire un état des lieux des dysfonctionnements dans la prise en charge des personnes trans par les professionnels de la santé mentale et dans la voix dominante de la psychanalyse sur les transidentités, ainsi que de mener une réflexion sur les causes et les éventuelles solutions que nous pouvons leur associer. En guise d'illustrations, quelques extraits de témoignages de trans sur leur vécu personnel de psychologie transphobe .


Je précise que je suis cissexuelle, si j'ai décidé d'écrire sur ce sujet, c'est parce que je me sens plus proche de la communauté TPG que du monde psy et j'ai vu les effets néfastes que provoque la transphobie des psys, sur des proches. Malheureusement, nous ne sommes pas beaucoup à essayer de distiller des idées allant à contre-courant en psychologie et quand nous le faisons, nous ne sommes pas toujours écouté-e-s car il est facile d'invalider nos dires propos sous prétexte que nous sommes « trop militant-e-s » et trop peu « neutres », mais qui peut l'être..?


 

Comment la transphobie psychologique s'exprime-t-elle ?

 

J'ai proposé quelques pistes de classification des actes et écrits transphobes liés au domaine de la psychologie : le choix des (mauvais) pronoms, l'exotisation et la stigmatisation du sujet trans, la construction du thème de la souffrance et son essentialisation (cette idée récurrente que c'est le fait même d'être trans qui provoque la souffrance et non le fait de le vivre dans une société transphobe), la réassignation ainsi que la pratique de tests (psychométriques et dits « de vie réelle »).

 

« Le temps qu'il prenne ma carte vitale, se rende compte que mon état civil était féminin, et s'en amuse. Je lui ai expliqué ce qui m'amenait. Il m'a répondu aussi sec qu'il comprenait que tout ça devait être très douloureux (je n'ai absolument pas parlé de souffrance) mais qu'il ne pouvait pas se mettre en danger en me mettant « encore plus dans la merde ». […] J'ai trouvé ça formidable qu'une personne qui ne voulait pas me mettre « encore plus dans la merde » me laisse ressortir de son bureau en larmes, sans m'orienter vers un-e collègue, après s'être moqué de mon identité […] J'allais plutôt bien en entrant dans son bureau, et j'en suis ressorti dans un état catastrophique. J'ai mis 2 ans à pouvoir envisager de retourner voir un-e psy après cette visite. »

Extrait du témoignage de S.

 

 

Pourquoi tant de haine ?

 

Difficile de comprendre les diverses raisons qui motivent la transphobie de la part des psychologues et autres professionnels de la santé mentale.

Cependant, la notion de contre-transfert (en dépit de sa connotation très psychanalytique) est intéressante dans ce contexte : le contre-transfert désigne la projection d'affects de la part du psy sur le-a patient-e, ce qui vient troubler, plus ou moins, la neutralité du psy et la qualité de son écoute ou de son aide.


Le moins que l'on puisse dire est que certains spécialistes de ce qu'ils appellent « la question transsexuelle » ont une façon très étrange de recevoir ces sujets trans et de retranscrire les pensées qu'illes leur évoquent par la suite.

Preuve en est cette phrase malheureuse de P. Mercader :

« Pendant la première phase de mon travail, alors que je rencontrais des femmes en demande de changement de sexe, et par conséquent d'abord d'une mammectomie, je me suis aperçue un soir que depuis quelques temps, je m'endormais les mains posées sur ma poitrine, comme pour la protéger. »

 

 

Les psychologues qui ont sciemment choisi de faire de la transidentité un fond de commerce sont précisément ceux qui font le plus preuve de violence dans leurs écrits.


On ne leur reproche pas tant d'être incapable de faire preuve d'une neutralité parfaite, mais de médiatiser leur « connaissance » du sujet en dépit du fait qu'illes ne peuvent le faire sans l'accompagner de propos discriminants, insultants, culpabilisateurs à l'égard des trans : de leurs patient-e-s trans, mais aussi de tou-te-s les lectrices trans potentiel-le-s.


Un autre exemple dans la littérature illustre bien cette notion de contre-transfert et de violence dans les propos, il s'agit d'une citation extraite de l'ouvrage de G. Morel : Des ambiguïtés sexuelles, sexuation et psychose :

 

« Dans le cas de Ven, il n'était pas possible, au moment de la cure, d'essayer de lui créer une identité féminine dont il ne voulait même pas entendre parler. C'est pourquoi j'ai pris le parti d'accepter le travestissement et de rentrer dans la logique qui l'amenait à l'opération pour, à un moment donné, intervenir contre, mais conformément à cette logique originale. »

 

On remarque que G. Morel négocie avec ses propres limites et ses propres mœurs ce qu'elle accepte pour Ven, trans FtM, et ce qu'elle lui refuse. Qu'entend-elle par « j'ai pris le parti d'accepter le travestissement », comme un parent ferait référence à une facétie de leur enfant adolescent ? Et si elle ne l'avait pas accepté, que ce serait-il passé ?

La question du transfert -que l'on y croie ou non- ici est cruciale puisqu'on voit bien que c'est sa position dans le transfert qui lui laisse penser qu'avec le temps et une stratégie d'apparente « acceptation », elle pourra faire rebrousser chemin à son patient.


Je m'interroge aussi sur cette phrase : « il n'était pas possible, au moment de la cure, de luicréer une identité féminine ».

G. Morel aurait-elle ce pouvoir ?


S'essaie-t-elle à cet étrange tour de passe-passe avec des patients moins avancés dans leur transition? L'histoire ne dit pas, en tout cas, si elle a réussi à infléchir la volonté de Ven de bénéficier d'une opération. Plus loin, elle évoque la « stratégie de l'analyste »… mais pour arriver à quelles fins ?

 

« Après lui avoir expliqué en quoi consistent les parcours officiels, notamment sur la très longue durée du suivi psychiatrique avant de commencer quoi que ce soit de concret, il a pris systématiquement la défense de ses confrères, comme quoi il y avait bien une raison et que 2 ans sur les 60 ans qu'il me reste encore à vivre, ce n'est pas dramatique. Il a fini par "il faudra que vous soyez patiente". Oui, après tout mon discours, il s'est quand même permis d'utiliser le féminin, le genre qui ne m'est pas adapté. Comme pour enfoncer le clou et me rappeler qu'il ne peut absolument rien pour moi, pas même le respect d'utiliser le genre que j'étais venu revendiquer. »

 Extrait du témoignage de J.

 

Évidemment, il est impossible d'oublier de parler de C. Chiland, à qui j'avais réservé dans mon TER un chapitre entier intitulé « un cas d'école » car c'est finalement comme ça que j'ai été amenée à la considérer après avoir compulsé nombre de livres et articles sur le sujet.


J'ai appris l'existence de cette personne par mon copain, qui est trans, et qui discutait avec un autre mec trans, découvrant par la même occasion que C. Chiland était une institution (et pas dans le bon sens du terme!) à elle toute seule dans le militantisme trans. Le genre dont on parle avec un petit sourire ou une moue d'exaspération.

C'est d'ailleurs un article édifiant d'elle qui m'a donné envie de réfléchir à la violence psychologique dont peuvent faire preuve certain-e-s psychologues à l'égard des sujets trans.


L'article « Problèmes posés aux psychanalystes par les transsexuels » est révélateur de la position de C. Chiland et celle-ci a valeur de vérité pour malheureusement trop de psychologues concernant la manière de penser et traiter les trans.


Le plus grave problème avec C. Chiland est qu'elle fait preuve d'une redoutable imperméabilité à ce qu'on lui dit, l'inverse lui permettrait peut-être de cesser de comparer la transidentité à une idée folle.


Je ne reproduirais pas ici les citations de C. Chiland que j'ai utilisé dans mon travail de peur que ce texte devienne à son tour violent pour une personne trans qui le lirait. À mon humble avis, aucun-e trans ne devrait être amené-e à tomber par surprise sur une citation de C. Chiland.


Je dirais seulement que C. Chiland va jusqu'à parler d'humaniser une patiente trans. Quel-le humain-e peut se permettre de vouloir entreprendre « l'humanisation » d'un-e autre ?


J'ai beaucoup entendu parler des dérives liées à la toute-puissance accordée au psychologue dans le cadre du suivi de trans, c'en est un exemple édifiant.

 

« Et là, suspens de quelques secondes, suivi d'un "C'est non, c'est un effet de mode que je ne tolère pas, si la thérapie ne vous intéresse pas, je ne peux rien pour vous"... Au plus haut niveau de déception, je me suis donc levé en lui disant qu'on avait plus rien à se dire dans ce cas, et je suis parti... »

Extrait du témoignage de J.

 

« Il est arrivé en retard m’a appelé par mon prénom féminin en insistant bien sur le « mademoiselle » et est rentré dans son bureau sans plus me regarder, ni me dire bonjour. Je me suis assis en face de lui et lui ai exposé le problème. Me coupant en plein milieu de mon explication il m’a dit « je vous appellerai mademoiselle, vous n’avez entamé aucun parcours et vu votre jeunesse, vous n’en entamerez aucun pour le moment. Vous êtes donc une femme, inutile de me dire le contraire. De plus, je pense que vous avez surtout un problème d’ordre psychologique ».

Extrait du témoignage de A.

 

 

Dans l'idéal éthique que je m'imagine de la pratique de psychologue, de telles paroles auraient dû provoquer un tollé de réactions indignées. Ce ne fut pas le cas -dans le monde psychanalytique et psychologique du moins.


Le code de déontologie des psychologues commence ainsi :

« Le respect de la personne humaine dans sa dimension psychique est un droit inaliénable. Sa reconnaissance fonde l'action des psychologues. »

Il dit aussi :

« Article 19: Le psychologue est averti du caractère relatif de ses évaluations et interprétations. Il ne tire pas de conclusions réductrices ou définitives sur les aptitudes ou la personnalité des individus, notamment lorsque ces conclusions peuvent avoir une influence directe sur leur existence »


Il semble évident que le seul fait de parler d' « humaniser » une patiente va tout à fait à l'encontre de ce principe.


Je ne finirai pas ce syllogisme car je crois savoir que C. Chiland s'est montrée plutôt mécontente et irritée à la lecture de mon travail, au point de rédiger une petite lettre au président de l'université où j'étudie pour protester et crier au scandale s'il s'avérait que mon TER me permettait d'obtenir ma licence de psychologie (et un rapide calcul de coefficients me prouva que ce fut bien le cas !).


Bref, fort heureusement, la communauté trans a fait un remarquable travail d'information sur les productions de C. Chiland et j'ai l'impression qu'en ce qui concerne le monde psychologique, son style pour le moins abrupt a le mérite de refroidir la plupart des psys. Cela n'empêche qu'il est très problématique qu'elle soit l'auteure d'un Que-sais-je ? -c'est à dire d'un ouvrage grand public- sur le sujet.


Même Jacques Lacan, le « grand Maître » de la psychanalyse moderne (en (f)rance, dont tout-e étudiant-e de psycho a entendu vanter les mérites pendant des heures entières de son cursus universitaire... y est allé de sa contribution transphobe. (J. Lacan, Sur l'identité sexuelle: à propos du transsexualisme, Entretien avec Michel H. (Le discours psychanalytique), Paris, Association Freudienne Internationale, (1996) pp. 312-347)

 

Heureusement, tous les concepts créés par la psychologie ne sont pas transphobes et il en est un qui est à la fois très intéressant et utile pour discuter des nombreux travers dont se rend coupable la psychologie vis-à-vis des trans, ce concept est celui de maltraitance théorique, développé par Françoise Sironi :


«Ce phénomène apparaît lorsque les théories sous-jacentes à des pratiques sont plaquées sur une réalité clinique qu'elles recouvrent, qu'elles redécoupent ou qu'elles ignorent. Elles agissent alors comme de véritables discrédits envers la spécificité des problématiques et des populations concernées. Ce type de maltraitance a un impact direct et visible sur les patients, les cliniciens, et sur la production de savoir dans la discipline concernée. On comprend alors que la portée de la maltraitance théorique n'est pas uniquement clinique, elle est politique. »

(extrait de F. Sironi, Psychologie(s) des transsexuels et des transgenres,Odile Jacob, 2011. p 14)

 

 

Ce qui est à la fois déstabilisant et révolutionnaire dans son propos est la reconnaissance d'une possible aggravation de l'état mental d'origine (due au contre-transfert) et la méprise qui consisterait à confondre le résultat de cette aggravation avec la pathologie qu'on essaie de déceler.

 

« La maltraitance par les théories et les pratiques génère des symptômes spécifiques qui sont souvent confondus avec la pathologie initiale du patient. Ces symptômes sont mis sur le compte d'une atypicité du tableau clinique, ou d'une “réactivité trop forte” du patient à l'impact de la pathologie initiale. Il s'agit de l'exacerbation du sentiment d'injustice et d'incompréhension, d'apparition de phobies, de généralisation de la méfiance, d'une hyper-réactivité, d'une anxiété permanente et diffuse, d'un repli taciturne et de vécus dépressifs majeurs. »

 

L'apparition de phobies puis de comportements d'évitement n'est qu'un des symptômes possibles de cette pathologie iatrogène, réactionnelle. Le mot iatrogène signifie « produit par le traitement ». Celle ci est, concrètement, cause de souffrances « comme la répétition de rejets préalablement vécus, une attitude de combat contre les projections inconscientes mais fortement ressenties, et une attitude de préservation, peu propice à l'introspection confiante qui est normalement attendue en pareille situation. » et d'après F. Sironi, ce phénomène n'est pas tout à fait étranger au risque de suicide :


« C'est cet enfermement « hors les murs », produit à la fois par une incompréhension familiale, sociale et aussi de la part des « psys » qui a conduit plus d'une personne transsexuelle au suicide »

 

Un autre effet néfaste est le discrédit et la méfiance des trans vis à vis des psychologues, perçu-e-s comme un groupe homogène hostile à leur démarche de transition. En effet, les psychologues et psychanalystes qu'on entend le plus, qu'on lit le plus sont ceux qui ont les idées les plus réactionnaires et empreintes de maltraitance théorique !


Au fond, la question n'est en effet pas tant de savoir pourquoi certain-e-s psychologues se comportent de la façon précédemment décrite envers les trans mais pourquoi illes ont fait en sorte que ce soient elles et eux que l'on entende, que l'on lise ou à qui l'on se réfère lorsqu'il est question des trans.


L'hypothèse selon laquelle certain-e-s d'entre eux agissent en quelque sorte par militantisme, par conviction en se portant garant d'une certaine morale n'est pas excluable. Si l'on revient sur l'exemple de C. Chiland, on peut noter que son discours sur les trans revêt la même rigidité conservatrice que son discours sur les homosexuel-le-s. On peut réellement faire un parallèle entre le traitement psy de ces deux minorités, à la différence près qu'en (f)rance, les trans, contrairement aux homosexuel-le-s subissent toujours une pathologisation officialisée, le rapport à la psychiatrie et la psychologie est donc différent.

 

 

« Le rendez-vous avec elle a duré tout au plus 10 minutes : elle m'a regardé d'un air méprisant pour commencer, et dans l'ordre : a ouvert mon dossier à toute vitesse, l'air exaspéré, lu les 3 premières lignes de ma bio, regardé mes photos d'enfance en en sautant la moitié du paquet, bref... Le tempo était donné... Pour conclure par un "bon alors vous voulez quoi hmmm...? Vous savez ce qu'on fait aux transsexuels qui veulent une phallo ? On leur prélève un lambeau radial d'un cm dont la cicatrice reste affreuse tout le reste de leur vie...!" Alors qu'il n'a jamais été question pour moi d'envisager une phalloplastie... Je n'ai même pas eu la liberté de lui répondre qu'elle avait déjà clos le dossier et la consultation par la même occasion d'un "bon allez... (sourire entendu) Vous êtes plutôt bien de votre personne alors restez comme ça hmm..." »

Extrait du témoignage de M.

 

 

Pour ce qui est des propositions et des solutions pour que le suivi des trans (que ce suivi soit en lien ou non avec la transition) s'améliore, je pense que la communauté trans aurait bien plus à dire que moi. J'ai cru comprendre à son contact qu'elle a même beaucoup à apprendre aux psychologues en matière d'écoute, d'entre-aide et d'empathie.


La communauté trans a d'ailleurs développé, pour pallier à la mauvaise qualité des soins psys qui lui étaient proposés, un remarquable réseau d'auto-support et de solidarité, notamment via Internet.

L'empowerment, la création de dispositifs comme les forums, les sites informatifs et les brochures faites par des trans et des associations trans comme Chrysalide à Lyon ou Outrans à Paris permettent une réappropriation de la parole et des savoirs.


En parlant de réappropriation de la parole, voici un entretien réalisé avec Raph, un militant trans rennais qui propose des formations sur les transidentités.

 

* * *

 

 

• Quelle est la raison de la création de tels ateliers-formations ? En quoi consistent les ateliers-formations que vous proposez à Rennes et à qui s'adressent-ils?


• L'idée de ces ateliers-formations est née du constat du manque d'information dont les associations LGBT (Lesbiennes, Gays, Bi et Trans) sur les thématiques trans. Des trans venaient aux permanences proposées par les associations, mais celles-ci n'étaient pas en mesure de répondre aux questions sur les parcours trans, et les trans reçu-e-s ou fréquentant ces associations étaient parfois victime de la transphobie (de la transphobie basique ou émanant d'un manque d'informations) de la part des bénévoles LGB.


Ces formations mettent aussi en avant les revendications des trans, qui sont parfois méconnues par des associations qui se revendiquent comme LGBT, mais qui n'ont des revendications axées que sur l'homosexualité.


Ces ateliers-formations consistent concrètement à présenter les parcours trans médicalisés ou non (dans leur diversité, comme il n'existe pas un seul type de parcours et que ce parcours n'est pas forcément médicalisé), la distinction entre orientation sexuelle, genre social et genre psychologique, les revendications trans, les difficultés que rencontrent les trans face à l’État, aux professionnel-le-s de santé et aux administrations, et des conseils concernant l'accueil des personnes trans (ne pas genrer les personnes avant qu'elles ne le fassent elles-même, utiliser le bon prénom, ne pas poser de questions intrusives, etc...).


• Quelles sont les réactions du public auquel vous les proposez ?

• Le public est généralement intéressé par la formation, et en ressort plutôt choqué par le traitement des trans par l’État français et les médecins.

• Pourquoi estimez vous qu'en tant que trans, vous êtes les plus à même de dispenser ces formations ?

• Les expert-e-s auto-proclamé-e-s ont eu la parole pendant trop longtemps. Il-le-s parlent de ce qu'il-le-s connaissent à travers des témoignages biaisés de personnes trans obligé-e-s d'adapter leur discours (même si ce discours correspond dans certains cas ce que vivent certain-e-s trans, mais de loin pas tout-e-s) à ce qu'attendent les psys pour pouvoir vivre leurs vies comme il-les l'entendent. Nous devons nous ré-approprier cette expertise.

Nous sommes les seul-e-s capables de dire (et légitimes à le faire) comment nous vivons nos identités. Nous n'avons pas besoin d'études sur pourquoi nos identités sont différentes de celles des cisgenres, nous avons besoin que les médecins écoutent nos vécus et se rendent à l'évidence qu'il-le-s n'ont jamais réussi à changer l'identité de quiconque, et que la solution pour les trans qui désirent entamer une transition médicalisée est de l'entamer.

Les psys qui ont de toute évidence un gros problème de transphobie (comme Chiland, Mercader, etc, etc, etc...) et qui semblent avoir peur des trans (Chiland avec son affolement de la boussole, Mercader qui s'endort avec ses mains sur ses seins depuis qu'elle prend des transboys en consultation, etc...) devraient, pour le bien de tout le monde (aussi bien des médecins que des trans) arrêter de travailler sur nos vécus.


La dernière chose dont ont besoin les trans, c'est de médecins méprisant-e-s qui pensent qu'on a une « idée folle ». Ces personnes n'ont de toute évidence pas compris grand chose aux transidentités et devraient se mêler de ce qui les regarde: leur transphobie.


On peut nous répondre que les médecins sont des professionnel-le-s et savent ce qu'ille-s font, mais si c'était vraiment le cas, les trans n'auraient pas à ce soucier de la maltraitance théorique de la part de leurs psychiatres, des prescriptions d'hormones inutiles et dangereuses de la part de leurs endocrinologues (Lutéran) et des non-compétences des chirurgien-ne-s français-e-s en matière de chirurgie pour certains types d'opérations et de suivi post-opératoire.


• Votre dernière formation était destinée aux professionnel-le-s de santé.

Comment s'est-elle déroulée?

• Bien que 100 lettres et des mails aient été envoyés à des médecins, à l'Ordre des Médecins du 35 et au deux IFSI de Rennes par Commune Vision, l'association qui organisait, AUCUN médecin n'est venu. J'ai été très déçu de l'indifférence des professionnel-le-s de santé face à ce sujet. L'indifférence face au fait qu'une partie de la population préfère souvent ne pas aller se faire soigner en raison des préjugés des professionnel-le-s de santé sur les transidentités est tout simplement dangereux. Le fait d'être trans, de donner gratuitement de son temps, d'accepter de servir de support pédagogique pour pallier le manque de formation des médecins, et le manque d'informations sur les transidentités, tout ça pour se retrouver sans professionnel-le-s de santé, ça me met vraiment en colère.


Je pense soit que les médecins se sentent super aptes à accueillir des trans (et en tant que trans qui va comme tout le monde chez le médecin de temps en temps, je peux attester que je n'ai jamais rencontré un-e médecin qui n'ait aucun préjugé sur les trans, qui ne m'ait jamais soit posé une question déplacée ou qui n'ait jamais fait de lien entre ma transidentité et la raison pour laquelle je venais le/a consulter), soit ille-s refusent d'écouter des trans parler de leurs problèmes avec les médecins, de leur santé, de leurs identités, d'écouter les conseils qu'il-le-s ont à leur donner, parce qu'ille-s ne veulent pas reconnaître que nous savons mieux qu'ell-eux ce que nous vivons.

 

* * *

 

Et ensuite ?

 

Les années passent et malgré les tracts des assos, les communiqués, les Existrans et autres manifs, la transidentité figure toujours dans le DSM et est toujours considérée comme une maladie mentale.


L'amélioration globale du suivi des trans risque de rester plafonnée tant que cela sera le cas.

On ne peut pas nier qu'il y a beaucoup de dérives dans le traitement discursif et clinique de la transidentité et donc des personnes trans. Des témoignages émergent, révélant des comportements indignes du potentiel de la psychologie clinique. Les trans en ont marre d'entendre parler d'elleux et de leurs réalités en des termes qui ne les reflètent pas et semblent bien décidés à faire entendre leur voix pour que cela évolue.


Un réel défi se pose dès lors à la psychologie, à la psychanalyse et à la psychiatrie : sauront-illes entendre cette indignation et y apporterons nous notre soutien ? Cela ne pourra se faire sans se détourner de certains discours qui ne peuvent plus être tolérés, comme ceux de C. Chiland dont nous avons étudié et critiqué la teneur.


Il sera dur pour certain-e-s de reconnaître que dans cette situation un choix s'impose et que se placer du côté des militants ne peut que rapprocher de l'éthique que se doit d'avoir tout-e psychologue. Si l'on fait un parallèle avec le traitement de l'homosexualité, il est naturel que ce changement s'accompagne de l'abandon du statut d'expert-e par des psychologues non-trans et du retrait de la transidentité de la nosographie internationale des pathologies mentales.

 

Ce qui peut nécessiter un accompagnement psychologique -volontairement engagé par la personne et non imposée dans le cadre d'un parcours- doit être laissé à l'appréciation de celle-ci : il se peut que les changements corporels occasionnés par l'hormonothérapie, même s'ils sont quasiment tout le temps accueillis avec joie et soulagement, donnent matière à discuter de cette nécessité de s'adapter à un corps et un regard social modifiés, par exemple. Ou pas.


Pour cette raison, nous pouvons conclure sur l'hypothèse qu'il serait bénéfique à la fois pour les professionnel-les de la santé mentale et les trans que les premier-e-s apprennent à écouter les seconds et prennent la responsabilité de prendre leurs distances par rapport aux discours discréditants, irrespectueux et inadaptés produits sur les trans et souvent contre elleux.. Il serait aussi très bénéfique que les psychologues respectueux-ses des trans, dont je n'ai pas beaucoup parlé, il est vrai, mais dont je ne doute pas de l'existence pour autant, se fassent connaître et partagent leur expérience, notamment sur le phénomène du contre-transfert et la manière dont illes ont réussi à le gérer afin de faire alliance avec les trans contre la transphobie institutionnalisée dans les discours et les pratiques psychiatriques, psychologiques et psychanalytiques...

 

 


 

 Biblio (pas très recommandable)


• J.P JACQUES « Le discours transsexuel sur le corps », Cahiers de psychologie clinique 1/2008 (n°30), p. 147-158.

• C.MILLOT, Horsexe, essai sur le transsexualisme, 1983.

• J. LACAN, Sur l'identité sexuelle : à propos du transsexualisme, Entretien avec Michel H. (Le discours psychanalytique), Paris, Association Freudienne Internationale, (1996)

• J. LACAN, La relation d'objet, Paris, Seuil, 1994, séance du 27 février 1957

• C. CHILAND, Changer de sexe, 1997.

• P. MERCADER, L'illusion transsexuelle, 1994.

• C.CHILAND, Le transsexualisme, collection Que sais-je ?, 2003.

• G. MOREL, Ambiguïtés sexuelles, sexuation et psychose, 2000.

 


Mise en ligne : 30 mai 2013

 

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents