Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Observatoire Des Transidentités

Observatoire Des Transidentités

L’Observatoire des transidentités (ODT) est un site indépendant d’information, de productions de savoirs et d’analyses sur les questions trans, inter et les questions de genre. Le site est liée à la revue "Cahiers de la transidentité". L'ODT s’appuie sur un réseau d’acteurs-actrices de terrain, d’associations-partenaires et d’universitaires mis en lien sans hiérarchiser savoirs militants et savoirs académiques.


Entretien : Swann et Sandrine

Publié par ODT sur 26 Février 2013, 12:15pm

Catégories : #Articles, #Entretiens

Entretien avec

Swann et Sandrine

 

 


Swann et Sandrine : « Nous sommes des aliens pour le reste du monde ! »

 

 

Bonjour Swan : peux-tu te présenter ? Comment as-tu rencontré Sandrine ?


Je m'appelle Swann (37 ans), une fille de 13 ans, suis FtM ayant commencé ma transition en août 2004. Je suis en couple avec Sandrine depuis bientôt 2 ans. Je venais à peine de m'installer en Auvergne, on s'est rencontré sur un site et le lendemain nous nous sommes donnés rdv. Depuis ce jour là, nous ne nous sommes presque jamais quittés.

 

Est-ce que le fait d’être en couple a changé quelque chose dans ta transition ?


Le fait d'être en couple n'a rien changé car ça faisait déjà un moment que j'étais bien ancré dans ma vie d'homme. Physiquement, je suis barbu et j'ai une bonne masse musculaire donc seul ou en couple ne change rien pour ma part. Le 1er soir de notre rencontre, nous avons mis les points sur les « i » Sandrine et moi. Elle n'avait jamais connu une personne transgenre donc toutes les questions étaient bonnes à poser, même les plus intimes. Je l'ai laissé choisir son rythme de croisière mais il n'y a eu aucun souci entre nous étant donné que nous avions tenu à installer des bases solides entre notre couple.

 

On parle pas mal de transidentité. Jamais des transconjoints. Pourquoi d’après toi ?


Je pense que les conjoint(e)s sont souvent oublié(e)s car les gens ne peuvent pas penser ou croire que les transgenres ont des vies comme tout le monde. Avoir un travail, des enfants, une famille. A croire que nous sommes des aliens pour le reste du monde !!
Ce n'est certes pas toujours facile de trouver l'amour en tant que transgenre, mais rien n'est jamais impossible.

 

 

C’est plus compliqué d’être en trans-conjugalité ?

Pour ma part ce n'est pas compliqué d'être en couple, il suffit d'être honnête envers l'autre, comprendre aussi la difficulté de l'un et l'autre peut aider, chacun apportant son soutien.


Et les psys dans tout ça ?


Les psychiatres cherchent plus à nous enfoncer qu'à nous aider. J'en ai eu la mauvaise expérience, en parcours officiel à Paris. Quand je suis arrivé dans ce parcours, j'étais déjà bien avancé niveau hormonothérapie. Le psychiatre m'a sorti ses belles promesses "Je ne vous laisserais pas tomber ". Il m'a tendu la carotte pendant 2 ans pour au final me dire "Attendez que votre enfant ait la majorité, car une maman à barbe à la sortie de l'école ça dérange les autres !!". Je comprends bien qu'une transition doit être plus que désirée, c'est irréversible une fois commencé. Beaucoup de perturbations et de changements s'en suivent, et je pense qu'il faut être prêt(e) psychologiquement pour commencer son hormonothérapie. Il est vrai qu'aujourd'hui il est important de laisser la place aux conjoint(e)s, c'est aussi eux qui nous portent et nous soutiennent quand ça ne va pas comme on veut. Ils supportent nos d'humeur et vivent nos joies autant.

 

 

Un dernier message ?

Le plus important est au niveau de la société, nos compagnes/ons facilitent notre intégration dans la communauté. C'est pour toutes ces qu'il est important de ne pas les oublier.

 

 

Sandrine, peux-tu te présenter ?

Je m'appelle donc Sandrine (tu peux garder nos prénoms cela ne nous gène pas) et j ai 34 ans. J’ai deux garçons : un de 9 ans et un de 5 ans d'un précédent mariage. Je suis la compagne de Swann depuis bientôt 2 ans. Je ne connaissais aucune personne trans avant de le connaitre. Nous nous somme rencontrés grâce a un site et avons été en osmose directement comme si cela faisait des années que l’on se connaissait !

 

En quoi est-ce un atout ou en quoi est-ce difficile cette liaison ?


Quand nous en somme arrivés a la partie plus intime, Swann a eu un peu peur. Puis je lui ai demandé de tout me dire, de rien me cacher. Et là, il m'a expliqué qui il était, tout en détail. Je pense que vu mon regard il m’a demandé si je voulais partir… Comme tu peux le voir je suis restée et par contre je lui ai posé des questions plus ou moins intimes ou plus ou moins stupide quand j’y repense. Il fallait qu’il n’y ait aucun secret entre nous. Pendant deux jours ca a été non-stop une discutions sur les personnes transgenres.

 

Et toi ? Quel rôle a tu joué dans tout ça ?


Le rôle que j’ai joué ? Ca à été de parler de Swann a mon entourage. De faire accepter les personnes trans autour de mon entourage. Aussi, de faire "la secrétaire" pour lui envers les médecins, cela était plus simple qu’ils entendent la voix d'une femme avec son prénom de naissance. Puis j’ai été son soutien. Des fois juste par un regard quand il était obliger de reparler de toute son histoire…

 

D’après toi, pourquoi n’en parle-ton pas des transconjoints ?

On a tendance a oublier les conjoinst car souvent nous sommes dans leurs ombres. Ils ont tellement à nous apprendre. C’est toutes des personnes avec des coeurs gros comme ça. Puis aussi beaucoup de personnes pensent que les transsexuels, transgenres etc... n’ont pas le droit et/ou ne peuvent pas être heureux sauf que c’est faux ! Donc forcément, pour ces gens là, nous on n'existe pas.

 

Un dernier mot ?

Je vis un vrai bonheur depuis bientôt 2 ans. Les regards des autres je m’en fous tant que moi-même et mes enfants sont heureux et que ma famille accepte… le reste n'a pas d'importance. Il est important de dire qu’à mes yeux que toute personne a le droit au bonheur, qu’on soit black blanc beur hétéro homo handicapé ou pas, que la partie sexuelle des gens ne regarde qu'eux, eux-mêmes et leur entourage. Il faut que les gens apprennent à vivre heureux.


 


 

Mise en ligne : 28.02.2013

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents