Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Observatoire Des Transidentités

Observatoire Des Transidentités

L’Observatoire des transidentités (ODT) est un site indépendant d’information, de productions de savoirs et d’analyses sur les questions trans, inter et les questions de genre. Le site est liée à la revue "Cahiers de la transidentité". L'ODT s’appuie sur un réseau d’acteurs-actrices de terrain, d’associations-partenaires et d’universitaires mis en lien sans hiérarchiser savoirs militants et savoirs académiques.


Qui a peur des transféministes ?

Publié par ODT sur 6 Avril 2013, 10:48am

Catégories : #Entretiens, #Articles

Genres Pluriels

Association de Bruxelles

Genre-pluriels.png

 


Qui a peur des transféministes ?

 

 

Suite à une demande de partage de nos expériences sur les violences faites envers les personnes trans* et intersexes dans le cadre du festival "Tous les genres sont dans la culture" 2012, nous avons souhaité faire apparaître les violences institutionnalisées, dont les mécanismes sont ceux du sexisme et de l'hétéropatriarcat.


Au quotidien, nous avons pu constater l'expression de ce sexisme autant dans les structures sociales dominantes, que dans nos rapports avec certaines associations féministes, et qu'au sein même des structures trans*. Ces mécanismes alimentent toutes les formes de transphobie.

 

Voici l'avant-propos qui a introduit la brochure du festival 2012 :


"Saviez-vous que Genres Pluriels fête cette année ses cinq ans ? Que de chemin parcouru depuis les débuts de l’association en 2007 !  Ce parcours, nous l’avons pour une bonne part accompli côte à côte, non seulement avec les associations LGBTQI, mais aussi avec les féministes.

Ce qui nous est toujours apparu comme une évidence ne va pas sans heurs (nous incitant constamment à la remise en question), mais force est de constater que la méfiance cède peu à peu le pas à des convergences prometteuses, qui semblent annoncer l’avènement d’un courant fort.


En effet, même si nous n'avons pas tous.tes les mêmes positions et les mêmes actions, c’est ensemble que nous devons lutter pour les droits humains, et contre toutes les formes de discrimination et d’oppression, à commencer par le sexisme et l’hétéropatriarcat.


Aussi les liens, forcément complexes mais très encourageants, qui sont en train de se tisser entre les mouvements trans* et féministes, constitueront-ils le fil conducteur de la quatrième édition du festival « Tous les genres sont dans la culture ».

Nous vous invitons à le suivre, et à nous accompagner, par votre participation, tout au long de la programmation que vous découvrirez dans ces pages."

 

 

Esquisse d'une définition de "transféminismes"

 

L'exigence d'une pensée non figée et fluide impose une définition en perpétuel mouvement. Les transféminismes sont des réflexions qui se nourrissent des féminismeS et qui s'émancipent des postulats binaires de corporalité et de genres. 

"Il ne suffit plus d'être une femme pour être traitéE comme une femme"

 

 

Les perspectives trans*-spécifiques dans la lutte

contre le sexisme et l’hétéropatriarcat

 

En changeant de rôle social, les personnes trans* modifient les attentes de la société, rendant caduques les postulats naturalistes sur lesquels se fondent les discriminations sexistes. Quand une personne ne peut rentrer dans une des catégories binaires pré-établies, la société force la catégorisation par le renvoi systématique aux aspects pseudo-biologiques - excluant de fait les réalités intersexes - et par la pathologisation des comportements et revendications "non cis-conformistes". Les personnes assignées en filles ou en garçons à la naissance, quel que soit leurs comportements effectifs, ne bénéficient pas des mêmes réactions de la part de leur entourage. Les personnes trans* et intersexes sont, de ce fait, mises dans des situations paradoxales, où elles doivent correspondre à des schémas incompatibles.


Par exemple, si une personne trans* se masculinisant décide de prendre la parole en public, elle bénéficiera potentiellement de plus de temps de parole et d'attention, mais s'octroiera moins facilement ces possibilités. De plus, le refus de certains groupes essentialistes ou naturalistes à reconnaître le nouveau rôle social de genre d'une personne manifeste une prise de pouvoir sur la corporalité et la parole d'autrui.


Pour pouvoir se construire et avoir une bonne estime de soi, il est nécessaire d'avoir des représentations positives de ses propres corporalités. Les personnes trans* et intersexes n'ont pas de modèles de base et sont obligéEs de créer les leurs. Historiquement, même les féministes, qui pourtant avaient des modèles existants, ont eu besoin de créer des ateliers pour se réapproprier leurs corps. Une des démarches des transféminismes consisterait donc en la réappropriation des corps, en la modélisation des corps trans* et en la visibilisation bienveillante de ceux-ci. Un des aspects de la réappropriation effectuée par les réflexions transféministes résiderait dans la création perpétuelle de nouveaux mots, nouveaux concepts et nouveaux comportements afin d'appréhender une multitude de réalités. Ceci découle du constat qu'on peut établir trois périodes sur la courte histoire trans* : la première correspondant au recours à la psychiatrisation par nécessité, la deuxième se positionnant en opposition avec les normes binaires pré-établies mais donc ne réagissant toujours qu'en fonction de la norme, et la troisième créant des discours propres et autonomes.

 

Certaines revendications trans* et intersexes, comme celle du retrait de la mention du "sexe" sur la carte d'identité profite non seulement aux personnes trans* et intersexes, mais aussi aux combats féministes puisque sans cette indication, on ne peut plus faire de discriminations administratives basées sur le genre. Par ailleurs, cela engendrerait une obligation de créer d'autres interfaces de réflexions pour nommer une multitude de catégories sans les hiérarchiser.


L'hétéropatriarcat et le sexisme créent des corps normaux et des corps a-normaux, avalisés par l'idéologie médicale occidentale. La croyance que le masculin singulier vaut pour l'universel participe à la perpétuation de la considération comme "autre" de tout ce qui n'est pas masculin singulier. En découle la dévalorisation perpétuelle des corps intersexués et trans*.


 

Comment Genres Pluriels ancre ses activités

dans des valeurs féministes ?

 

La notion de mixité à Genres Pluriels est déplacée sur les notions de trans* et intersexes d'une part, et cisgenres de l'autre. La pseudo-catégorisation ne repose que sur l'autodéclaration : il est inenvisageable à Genres Pluriels de catégoriser à la place d'une autre personne.


Le groupe de parole est un lieu de non-mixité (avec des exceptions filtrées notamment pour les stagiaires), ce qui se justifie par la nécessité d'un espace de parole libre et de création d'une pensée collective détachée d'une influence cis-normative.

 

La permanence mensuelle, de l'autre côté du spectre des activités, est ouverte à toustes, d'une part parce que celle-ci s'effectue au bar de la Maison Arc-en-Ciel de Bruxelles et qu'il s'agit d'une des conditions, d'autre part par soucis d'inclusion et d'accueil et pour ne pas reproduire un schéma de domination.


Les ateliers Drag Kings, créés avant Genres Pluriels, se veulent un espace de mixité dans lequel tous les êtres humains peuvent explorer les masculinités. Celles-ci sont donc conçues comme un outil de déconstruction du sexisme et de l'hétéropatriarcat.


L'atelier de féminisation, ouvert à toustes les personnes trans* et intersexes, est l'activité la plus récente, qui propose de donner de l'information sur des techniques dans un cadre de réflexions féministes. Par exemple, des exercices vocaux ont mis en avant les caractéristiques socialement construites de la voix. De même, le maquillage est appréhendé de manière diverse et dépendante du contexte : vie quotidienne, théâtre, télévision... Cela aide les personnes en transition à prendre conscience des stéréotypes sous-jacents et à les manipuler, afin de trouver leurs propres points de confort à travers la performativité de l'outil.


Il existe deux groupes de travail en interne : le Groupe Santé et le Groupe Média. Leur objectif est notamment de faire prendre conscience aux membres de leurs  positions d'expertEs, ce qui est une forme d'empowerment.


Le Groupe Média, constitué en réaction aux multiples reportages et articles de presse traitant d'une manière racoleuse et par dessus la jambe du sujet des transidentités comme d'un phénomène de foire, attaque le discours stéréotypé et transphobe des médias, notamment en mettant en exergue les caractères hautement sexistes des propos véhiculés. Des montages ont été réalisés, utilisant différents reportages reprenant systématiquement les mêmes images qui sont des clichés sexistes de féminité : par exemple les scènes de maquillage devant un miroir pour des discriminations au travail, comme s'il s'agissait d'une représentation complète d'une "essence trans".

 

 

Renforcer les différents mouvements

 

Un constat s'impose pour tous les groupes minorisés : les mêmes mécanismes de domination sont à l’œuvre.

Le recours permanent à la pseudo-naturalisation, l'impossibilité d'une vision collective et d'entraide marquée par la pathologisation et l'interdiction de la parole publique, en sont des exemples.

L'avancée théorique des gender studies est un axe d'unification des différents mouvements féministes et trans*... justifiant l'utilisation du terme transféminismes.

 

 


Genres Pluriels, Visibilité des personnes aux genres fluides, trans' et intersexes, Site de l'association, http://www.genrespluriels.be/-Accueil-Site-.html

 


mise en ligne, 6 avril 2013

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents