Observatoire Des Transidentités

Etre acteurs-auteurs & actrices-auteures des études trans

Catégorie : Non classé (Page 1 sur 3)

Le changement de prénom

Marie-Luce CAVROIS

magistrate

 

 

————————

Le changement de prénom

Entretien

 

– En qualité de vice présidente du tribunal de Créteil, vous avez eu à juger de demandes de changements de prénom : comment appréhendez-vous la procédure ?

 

De janvier 2012 à août 2014, j’ai présidé la 1ère chambre du tribunal de grande instance de Créteil qui est en charge des questions familiales et a compétence pour juger notamment des demandes de changement de prénom.

On observera qu’en France la procédure de changement de prénom est judiciaire, ce qui n’est pas nécessairement le cas ailleurs. Ainsi en Grande Bretagne la procédure dite du « Deed Poll «  autorise un changement de prénom par déclaration.

Les personnes effectuent une demande de changement de prénom pour des raisons variées qui leur sont très personnelles. Le motif peut remonter à l’enfance: ainsi peut être insupportable pour une personne le fait d’avoir reçu un prénom d’un parent qui l’a abandonné enfant ou d’un parent qui s’est mal comporté avec lui. Il peut aussi s’agir d’une mauvaise transcription d’un prénom par l’officier d’état civil ou de parents qui ont mal orthographié le prénom d’origine étrangère, lequel perd alors son sens initial prend une connotation péjorative ou renvoie à un sexe opposé de celui de l’enfant.

D’autres sollicitent un changement de prénom à raison d’événements survenus dans le cours de leur vie. Ainsi en va t-il des personnes qui se convertissent à une religion, ou de celles qui ont un prénom d’origine étrangère et souhaitent mieux s’intégrer ou à l’inverse de personnes ayant adopté un prénom français lors de leur acquisition de la nationalité française mais qui ne parviennent pas à s’y faire, qui se trouvent de ce fait en butte à des moqueries de la part de leur entourage, ou à des difficultés administratives (séjour, héritage…) dans leur pays d’origine qui ne reconnaît pas les prénoms étrangers.

Enfin il y aussi les personnes transidentitaires qui souhaitent un prénom reflêtant leur identité.

 

En application de l’article 60 du Code civil, toute personne qui justifie d’un intérêt légitime peut demander à changer de prénom.

La notion d’intérêt légitime est large et la jurisprudence admet assez aisément qu’une personne a un intérêt légitime à changer de prénom. L’intérêt légitime s’apprécie « in concreto » c’est à dire au regard de la situation concrète de la personne et au moment de la requête.  Cette notion que l’on pourrait qualifier de souple doit en réalité permettre de s’opposer aux éventuels abus de parents qui voudraient conférer à leur enfant un prénom ridicule ou à connotation péjorative.

La notion d’intérêt légitime vise aussi à écarter la demande relevant de la fantaisie ou de la convenance personnelle. Mais je n’ai jamais rencontré le cas.

En pratique, les personnes qui vont devant la justice pour obtenir un changement de prénom, entament cette démarche, qui ne peut se faire qu’avec l’assistance d’un avocat, parce qu’elles estiment y avoir intérêt. Le plus souvent d’ailleurs ces personnes usent déjà du prénom qu’elles sollicitent, il s’agit de mettre fin à la dichotomie entre leur état civil officiel et le prénom par lequel elles sont appelées par leur entourage (familial, amical et professionnel).

A vrai dire, je n’ai jamais vu un justiciable faire une demande de changement de prénom pour des raisons futiles ; il m’est arrivé de ne pas bien percevoir ses motivations ou de penser que la personne se trompait sur son véritable intérêt mais à chaque fois lors du débat qui s’est tenu à l’audience, j’ai pu mesurer combien la démarche était essentielle et profonde pour le demandeur.

S’agissant des personnes transsexuelles ou transgenres, j’ai toujours adopté la même démarche que pour tous les autres requérants : la demande correspond-elle à l’intérêt de la personne et de fait qui mieux que la personne elle-même est en mesure d’apprécier son propre intérêt ?

Certains magistrats estiment que pour qu’un transsexuel puisse être admis à changer de prénom, il convient qu’il justifie d’un changement irréversible de son identité ou qu’une telle modification ne peut être faite que lors d’un changement d’identité qui relève d’une autre procédure (article 99 du Code civil). C’est ajouter au texte car l’article 60 du Code civil n’impose pas une telle condition. Et il n’y a aucune raison de rendre le changement de prénom plus difficile pour une personne transsexuelle ou transgenre que pour une autre. Le changement de sexe est un processus long et une course d’obstacles et l’on ne voit pas au nom de quel principe il faudrait attendre pour permettre à une personne qui a déjà l’apparence du sexe opposé d’user d’un prénom qui lui convient. Demander à s’appeler Sylvie  ou Isabelle lorsque l’on a déjà une apparence féminine ne peut que favoriser le changement entrepris comme l’insertion professionnelle et sociale de la personne demanderesse ce qui correspond bien à son intérêt légitime. La plupart des personnes transsexuelles exposent la difficulté de vivre et de faire les démarches de la vie courante (logement, inscriptions…) avec un prénom qui ne correspond pas à son apparence physique et à son ressenti ; cette dichotomie est encore plus pénalisante dans le domaine professionnel. Ainsi une femme en cours de conversion qui exerçait le métier de chauffeur poids lourds et avait mis dans la confidence son employeur, a t-elle expliqué à l’audience sa crainte de voir son prénom officiel découvert par ses collègues lors d’un contrôle routier, ou encore tel autre homme en cours de conversion a dit la souffrance qu’il avait à porter sur sa blouse d’aide soignant le prénom de Jean alors qu’il était habillé en femme et se faisait appeler Alice.

 

– Y a-t-il des refus dans les différentes demandes, transidentité comprise, et pour quelles motivations? Ces changements sont-ils insérés en marge de l¹état civil ?

 

Les refus de changement de prénom peuvent intervenir si le juge estime que le requérant ne justifie pas de son intérêt légitime ; en l'absence de définition précise de l'intérêt légitime, il y a donc une marge d'appréciation assez large laissée au juge.

Ainsi dans certains cas, le fait de pratiquer une religion a été considéré comme un motif légitime de changement de prénom, dans d'autres non.

Certains rejets sont aussi motivés parce que la demande de changement est considérée comme une demande formée pour convenances personnelles par exemple, le fait de vouloir utiliser comme prénom le diminutif .

Enfin s'agissant des personnes transidentitaires, plusieurs juridictions ont déjà refusé le changement sollicité au motif que la transformation n'était pas irréversible.

Évidemment dans le cas d'une procédure déclarative ne passant pas par l'autorité judiciaire, le demandeur n'a pas à démontrer son intérêt légitime, le changement est un droit sauf à ce qu'un refus soit opposé pour des prénoms ridicules donnés par des parents à leurs enfants.

Le changement de prénom lorsqu'il est admis par décision judiciaire est transcrit sur l'état civil de la personne et de ses descendants, il appartient au requérant au vu de jugement d’effectuer les démarches auprès des services de l’état civil.

 

 

– Une autre procédure, celle du changement d'état civil, est, elle, bien plus complexe : quel est votre avis sur cette dernière ?

 

En France l’état civil est régi par les principes d’indisponibilité et d’immutabilité de l’état des personnes ce qui signifie qu’une personne ne peut disposer de son propre état civil et ne peut en changer à sa guise.

Mais ces principes connaissent des limites et certaines modifications sont possibles mais encadrées par les textes et la jurisprudence.

L’article 99 du Code civil autorise la rectification des actes d’état civil, il s’agit d’un texte général à partir duquel la jurisprudence (les décisions des cours et tribunaux)  ont posé des exigences pour autoriser une personne à voir son changement de sexe reconnu par l’état civil.

Les conditions du changement de la mention du sexe à l’état civil sont énoncées par les arrêts de la Cour de cassation (rendus par la 1ère chambre civile le 7 mars 2012 et le 13 février 2013) qui a jugé que : « Pour justifier une demande de rectification de la mention du sexe figurant dans l’acte de naissance, la personne doit établir, au regard de ce qui est communément admis par la communauté scientifique, du syndrome transsexuel dont elle est atteinte ainsi que le caractère irréversible de la transformation de son apparence. »

 

La Cour de cassation fait donc peser la charge de la preuve sur la personne qui sollicite son changement de sexe et elle pose deux conditions :

  • établir la réalité du syndrome transsexuel dont elle est atteinte
  • établir le caractère irréversible de la transformation de son apparence.

 

Le plus souvent les personnes en cours de conversion parviennent à satisfaire à ces deux exigences mais après un parcours long et douloureux ; les difficultés que soulève la procédure judiciaire de changement de sexe ont parfaitement été analysées par la Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme (CNCDH) dans son avis d’Assemblée plénière du 27 juin 2013[1] ; Elle a très bien mis en lumière le fait que les procédures duraient trop longtemps et étaient soumises à l’aléa judiciaire.

 

En effet, le transsexualisme n’est pas une pathologie, le fait de se sentir fille ou garçon ne relève pas d’une maladie ni même d’un choix personnel. Il s’agit de l’identité du sujet ; à cet égard, il conviendrait probablement d’éviter le terme de syndrome, la notion de transidentité étant suffisante. La CNCDH recommande donc dans les processus judiciaire d’abandonner cette exigence d’attestation d’un syndrome de dysphorie de genre qui contribue à la stigmatisation des personnes transidentitaires.

 

En outre se pose la question de l’exigence du caractère d'irréversibilité qui est appréciée de manière différente selon les tribunaux, certains imposant une opération, d’autres estimant le traitement hormonal suffisant ; enfin certaines juridictions exigent le recours à une expertise alors que d’autres se contentent d’attestations médicales.

Il faut bien mesurer que l’opération de réassignation sexuelle est un processus traumatisant, délicat et cher ; de même que l’expertise aussi a un coût important. Ces deux étapes contribuent à rallonger la procédure judiciaire de changement de sexe. Et dans cette attente de reconnaissance officielle, les personnes transidentitaires se trouvent dans une précarité accrue, la dichotomie entre leur apparence physique et leurs papiers entraînant des difficultés dans leur insertion professionnelle et sociale.

Pourtant, au regard des textes et de la jurisprudence de la Cour de cassation, ni l’expertise ni l’opération ne sont formellement obligatoires

C’est à juste titre que la CNCDH demande dans son avis que soit mis fin à toute demande de réassignation sexuelle que celle-ci passe par un traitement hormonal entraînant la stérilité ou qu’elle signifie le recours à des opérations chirurgicales. La CNCDH rappelle à cet égard la résolution 1728 votée le 29 avril 2009 par le Conseil de l’Europe qui appelle les États membres à ne pas faire dépendre la remise de « documents officiels reflétant l’identité de genre »  d’une « obligation préalable de subir une stérilisation ou d’autres procédures médicales comme une opération sexuelle ou une thérapie hormonale. »

 

– Quelle différence entre principe d’indisponibilité et d’immutabilité de l¹état des personnes (à propos de la question sur changement d'état civil) ?

 

L'immutabilité de l'état des personnes signifie qu'une personne a un sexe, reçoit un nom et un prénom pour sa vie entière, cela renvoie à une question qui dépasse l'individu et qui relève de l'organisation sociale, il s'agit de pouvoir être sûr de l'identité des personnes, de sécuriser la filiation ; l'objectif est aussi d'empêcher les fraudes à l'identité, la substitution d'une personne à une autre, ce qui à défaut serait facteur de grande insécurité pour les personnes voire de négation des individus.

 

– L'indisponibilité est un peu le corollaire de l'immutabilité, l'identité ne pouvant être changée, ne devant pas être changée, l'indisponibilité de l'état civil signifie que chacun ne peut faire ce qu'il veut de son identité, il ne peut en changer à sa guise, autrement dit la personne ne peut disposer de son identité.

 

Ces principes peuvent recevoir des exceptions mais de manière contrôlée, en particulier en matière de changement de nom, de prénom, de sexe et de nationalité.

 

– La déjudiciarisation des « changement de sexe » à l’instar de l'Argentine serait-elle possible en France ?

 

La loi argentine du 23 mai 2012 a prévu une déjudiciarisation totale de la procédure de changement de sexe qui consiste en une simple déclaration faite devant l’officier d’état civil. A titre de garantie, cette loi prévoit une intervention judiciaire seulement en cas de seconde demande de changement de sexe.

C’est toujours difficile et hasardeux de se prononcer sur la transposition d’un texte de loi étranger à la situation française, les contextes sont différents et j’avoue ne pas connaître la situation argentine.

La CNCDH pour sa part préconise une solution de déjudiciarisation partielle consistant à prévoir que la personne formule une déclaration de changement auprès d’un officier d’état civil avec production de deux témoignages attestant de la bonne foi du requérant. Cette démarche serait ensuite contrôlée et validée par un juge du siège lors d’une procédure d’homologation, le juge pouvant refuser l’homologation en cas de fraude ou de manque de discernement du requérant.

Ce qui est sûr c’est qu’en France on peut simplifier et accélérer le processus ; surtout  il convient de sensibiliser le monde judiciaire sur les difficultés d’insertion sociales et professionnelles rencontrées par les personnes transidentitaires pendant la période de conversion et donc sur la nécessité d’accélérer le traitement judiciaire pour écourter cette période qui est une véritable épreuve.

 

– En tant que professionnelle, estimez vous qu'il serait bon de travailler la formation, l'information sur les questions trans, à destination du corps judiciaire ?

 

Oui il est évidemment toujours utile de se former. L’Ecole Nationale de la Magistrature qui est en charge de la formation des magistrats organise déjà des formations sur les discriminations, ou sur le parquet civil ; c’est dans le cadre de ces actions de formation qui peuvent se dérouler au plan national comme au niveau régional qu’une sensibilisation ou un approfondissement des questions transidentitaires peut être proposé aux magistrats en charge de ces questions d’état civil.

 

– Si vous aviez un conseil, un retour d'expérience à donner : lequel serait-ce ?

Ma constatation a toujours été que les personnes qui demandaient un changement de sexe à l’état civil le faisaient au terme d’une démarche mûrement réfléchie le plus souvent remontant à leur enfance et que cela correspondait à l’aboutissement d’une prise de conscience d’une réalité qui s’imposait à elles. J’ai aussi constaté à plusieurs reprises par les témoignages versés aux dossiers, l’adhésion des parents voire des enfants de la personne à la démarche de changement d’identité. En effet lorsque la situation de transidentité a pu être expliquée, parlée avec les proches, la compréhension mutuelle qui s’en suit est bénéfique pour tous.

C’est cette démarche et son histoire personnelle qu’il convient de bien exposer à la juridiction de manière à emporter sa conviction.


[1] http://www.cncdh.fr/fr/publications/avis-sur-lidentite-de-genre-et-sur-le-changement-de-la-mention-de-sexe-letat-civil

 

   

Mise en ligne :  31 octobre 2014

Droit des trans : tableau de droit comparé

Droit comparé : introduction
Heloise Schneider, juriste Bordeaux

La question trans soulève de larges problèmes en termes de droits fondamentaux. L’ensemble des législations sont appelées à y faire face, en raison de l’émergence d’une prise de conscience internationale.

Les organes supranationaux, vecteurs d’unification et de progrès, suppléés par les influences des droits nationaux vont permettre de réfléchir sur la question et d’envisager de nouvelles solutions. Le droit interne est très largement influencé, si ce n’est soumis au droit européen. Les impulsions européennes et internationales vers la reconnaissance des droits fondamentaux sont des facteurs déterminants pour l’amélioration des dispositifs nationaux. L’année prochaine, la classification internationale des maladies de l’OMS sera réévaluée, ce qui engendrera progressivement à un échelon national une véritable reconnaissance juridique des personnes trans.

Les dernières avancées nationales en date sont danoises et espagnoles. Tout d’abord, le 11 mai 2014, le Parlement danois a adopté une loi qui supprime de nombreux obstacles à la reconnaissance juridique du changement de sexe légal. En juin 2014, le Parlement d’Andalousie adopte à son tour une loi pionnière vers la reconnaissance des droits des personnes trans, en intégrant un droit direct à l’autodétermination du genre comme droit fondamental, qui inclut également les personnes mineures.

Ce tableau présente de façon simplifiée les conditions légales et les obligations auxquelles sont soumises les personnes trans en France, en Allemagne, au Royaume-Uni, en Espagne, au Danemark, aux Etats-Unis et en Argentine.

(Cliquer sur les tableaux pour agrandissement et lecture)

Droit des trans : tableau de droit comparé
Droit des trans : tableau de droit comparé
Droit des trans : tableau de droit comparé
Droit des trans : tableau de droit comparé

Noor ou la chronique de l’Occident

Maud Yeuse Thomas

 

 

Noor ou la chronique de l’Occident

 

Noor, réalisé par Çagla Zencirci et Guillaume Giovanetti, ajoute un nouvel opus dans la minuscule galaxie des films sur les trans et une pierre innattendue à la remarque de Transkind, sur les FtM[1] selon laquelle ils souffrent plus d’invisibilité et donc de représentations que d’autre chose. Le film joue donc sur une ambiguïté intérieure, ses conditions de tournage, sur Noor elle-même qui veut devenir un homme[2]. Film lunaire aux allures de « road movie poétique et politique » (Clarisse Fabre[3]), « à la fois réaliste et fantastique » où l’on apprend un nouveau terme : celui de la communauté transgenre de Pakistan, les Kushra[4]. Nouveau nom et mot qui s’ajoutent à ceux que nous connaissions déjà, eux aussi considérés comme peu ordinaires. Il nous rappelle que le fait trans est partout minoritaire, paria parmi les parias. Il nous rappelle également le relativisme culturel car le fait trans est à la fois particulier et universel : les deux termes ne s’opposant pas. Entendons Kushra donc, pour sortir du contexte d’énonciation occidental, au sens des franchissements de genre et non des changements médico-chirurgicaux de sexe : la trajectoire d’existence de Noor va de Kushra vers homme.

Ce qui marque le personnage principal, est, selon les journalistes, sa « force intérieure ». Noor tire et déroule le fil de cette histoire pas banale vers un horizon banal : être normal, envie d’un bonheur tranquille dans son petit nid : Il rêve de trouver la femme avec laquelle il pourrait fonder une famille. Le film joue sur une supposée ambiguité des termes. Noor est un FtM ou une MtF ? Ni l’un ni l’autre ? Les commentaires autour de sa « particularité » ne manquent pas : « Désir de normalité, dirait-on en Occident, mais dans sa situation, c’est le désir le plus extravagant qui soit »[5], pour Christophe Kantcheff. Comment concilie-t-on désir de normalité et désir extravagant ? Plus curieux et non moins insistant sur tout ce qui n’est pas normal, ces commentaires de Théo Ribeton :

« Noor est donc un transgenre : castré, anciennement travesti, il n’en garde que ses cheveux longs, très féminins, qu’il refuse de couper pour une raison que l’on ignore, et un maintien très subtilement maniéré, qui laisse penser que l’acteur est également transgenre. On se gardera bien de lui plaquer les modèles occidentaux de l’androgynie, de la drag-queen, de l’intersexualité : Noor est un homme. »[6]

Ainsi, Noor était un homme… puisqu’il était né (en fait) mâle ? Plagions l’auteur : on « se gardera bien de lui plaquer les modèles occidentaux » : « Noor est donc un transgenre : castré, anciennement travesti » ou encore, un « ennuque travesti ». L’auteur y place un « voyage initiatique » pour mieux le ramener à la catégorie de (la) « normalité ». Laquelle ? Celle d’une « intégration » à la « normalité », cet horizon des normes sexogenrées occidentales. Nous sommes en apparence loin du drame de Boy dont cry et à mi-chemin avec Facing mirrors où les normes cisgenres impliquent une transition du fait d’une hégémonie sociopolitique invisible et niée comme telle.

Emmanuelle Beaubatie indique dans l’entretien que nous lui avons proposé (30.04.2014) une remarque d’ordre générale : « La plupart des travaux ne s’intéressent pas aux parcours trans’ pour eux-mêmes. On regarde plutôt à travers les trans’ pour en savoir plus sur le genre en général. »[7] Ajoutons qu’avant l’irruption des études de genre, c’est à la sexualité que s’adressait cette remarque, laquelle sexualité fixait le genre comme étant un « rôle de genre » censé découler du sexe et non de l’organisation de société. On regarde homosexuels, bisexuels et transsexuels, non pour en savoir plus sur la sexualité en général que pour affirmer une validité universelle et ahistorique de l’hétérosexualité et son lien avec les rôles de genre. Propos que Margaret Mead avait démenti dès 1930[8].

Le cinéma efface t-il les FtM autant qu’il les montre ? Tout se passe comme si la fascination effractée sur les MtF construisait l’invisibilisation des FtM dans un retournement mis en spectacle : les MtF en abandonnant leur masculinité et les FtM en voulant l’acquérir socialement où il s’ensuit que la féminité est toujours une catégorie infériorisée, cette autre opposée du régime binaire. Ainsi Théo Ribeton nous appâte-t-il avec cette phrase : « cheveux longs, très féminins, qu’il refuse de couper pour une raison que l’on ignore » et qu’il dévoile : « un maintien très subtilement maniéré, qui laisse penser que l’acteur est également transgenre ». Serait-il un homme au sens du sexe et une transgenre au sens de son comportement maniéré ? Ajoutons la question du contexte pour plus de lisibilité : des transgenres d’Occident ou des Kushra du Pakistan ? Les « cheveux longs » étant sa garantie d’obtenir de l’argent en dansant : « Les femmes qui dansent le Kathak sont parfois considérées comme des prostituées. En revanche, les hommes peuvent danser le Kathak ». Les « hommes » sous condition d’une identité Kushra, à la manière dont le Japon distingue ses onnagata, doublé des conditions des Hijras d’Inde ? La hiérarchie patriarcale est-elle ici la cause du franchissement de genre des Kushra qui se redouble d’une difficulté, voire d’un impossibilité, à recouvrer une identité à soi ou d’assignation ? La fiction se mêle du réel et inversement, intriquant l’un dans l’autre. Catégorie générique et catégorie subjective se mêlent, s’intriquent et s’imbriquent pour composer l’histoire d’une vie. Sauf celle des trans et autres Kushra et berdaches, pourrait-on dire où ces deux catégories sont soudainement distinguées. « Reste donc avec nous », demandent les autres Kushra de la communauté. Cette nouvelle traversée des genres s’apparente à la transition FtM au sens où son identité Kushra le lie doublement à une identité de communauté et de femme. En un mot, elle doit devenir un homme, franchir de nouveau la barrière du classement par sexe social et par le sexe dans son sens physiologique. Ici les termes prennent une signification entièrement sociale. C’est le classement binaire, superposant la catégorisation générique et subjective, qui implique ces franchissements et demande des preuves par des marqueurs (de sexe et de genre), auquel s’ajoutent ces termes et l’usage des catégories occidentales prétendant analyser la « rigidité clanique du Pakistan ». Ainsi, le voyage de Noor vers un lac sacré pour retrouver une barbe, marqueur de la masculinité, se lit-il comme une transition FtM ou une double transition MtF et, pour respecter le contexte, Kushra vers homme. Une histoire et son contexte qui ne souffrent pas de mots d’esprit et de résumé empruntant à la vulgate psy et populiste.

Notons la dégenration des termes Kushra, transgenre, Berdache quand nous présupposons en Occident une genration fermée et aboutie en parlant des hommes et des femmes en la liant à une identité sexuelle censément fixe. En fait, l’aboutissement de cette genration tient à son caractère générique et hégémonique, non à sa caractérisation propre. En théorie, nous n’aurions nullement besoin de ces marqueurs sur le corps. En théorie. Je peux alors retourner la remarque générique d’Emmanuelle Beaubatie : la singularité trans permet de savoir plus sur le genre en général en lui donnant une portée anthropologique positive, indiquant que l’expression de genre en général est à prendre au sens de l’anthropologie et non au sens médico-légal en Occident. La catégorie sociale de trans est impliquée dans la catégorie de genre en général, n’est plus ce fantasme filtrant -ou ce filtre des fantasmatiques subjectives- et permet de voir comment le désir de normalité et d’anonymat filtre dans toutes les sociétés, le désir d’être soi sans préjuger de ce qu’il en est et si on va pouvoir atteindre un jour ce soi problématique.

La fascination des trans, entre psychiatrisation, médicalisation et condamnation morale, entraine les uns et les autres dans une focalisation allant de « castré à transgenre », recomposant une division clanique, non pas directement sociale, mais par le truchement de catégories sensément médicales ou vaguement anthropologiques. Comment s’en sortir quand on est à ce point marqué par une singularité étouffante ? « Troublant apologue dans un monde étouffé par ses clans. », analyse Théo Ribeton. Pour le journaliste, le Pakistan serait tramé par ce modèle d’un patriarcat tribal rigide : « Rien, ou presque, ne suinte des compartiments cloisonnés qui encadrent la société pakistanaise. » Seulement la société parkistanaise ? Après la protection des femmes en Afghanistan, les « trans » des pays pauvres ? Rappelons pour mémoire que c’est l’Ocident qui a inventé tous ces termes, les triant et classant en médical pour purger le social de toutes les identités surnuméraires qu’il requalifie en déviances.

Pour Laurent Salgues et Oriol Canals, cinéastes, « Au-delà de la quête identitaire, c’est d’abord la recherche de l’autre. Ce qui pourrait être une définition du cinéma, de tout acte de création. »[9] Métaphore saississante certes mais qui est cet autre ? L’on en oublie que la quête de cet autre passe par une requête de soi quand ce soi est problématique, effacé par une société, objet de déni ou objectifié par des discours catégorisants. Autrement dit, cet autre est la vie que l’on a pour soi et non le « rêve d’une normalité », fut-elle intégrante. Ici encore, la catégorie de particularité ne sert que pour réifier le modèle générique. Aussi, nombre de films sur les trans tisse une relation que l’on veut rituelle ou spirituelle entre franchissement de genre trans et road movie trans, depuis le poétique Invitation au voyage (Peter Del Monte, 1982) aux films des chroniques sociales et politiques, de Crying game (Neil Jordan, 1992) à Transamérica (Duncan Tucker, 2005) et Hit&Miss (Paul Abbott, 2012). Les commentaires de Sandrine Marques du Monde en marque le cadre : « L’année cinématographique 2013 aura été marquée par la présence, sur les écrans, de productions ayant trait à l’homosexualité. (…) la tendance à représenter les identités sexuelles participe à un décloisonnement inespéré. A cela s’ajoute, en France, un contexte opportun où le mariage pour tous est devenu une réalité, à défaut d’être encore, en matière d’égalité des droits, tout à fait une évidence. »[10] On connaît la sortie de C. Boutin estimant qu’il y aurait trop d’homosexualité dans les séries et le cinéma[11]. Les discours de médecins se qualifiant d’expert, précèdent pourtant ces sorties, parlant d’effets médiagènes du transsexualisme, de « propagande » rapprochée du nazisme (Chiland[12]). Noor a eu une distribution très confidentielle en Europe, représenté à Cannes en 2012 par la société de programmation de l’Acid[13] et il semble que Facing mirrors n’ait pas eu un meilleur score. Si ces films parlent un peu de la « communauté trans », le peu de visibilité renvoie à une quasi inexistence, laissant toute la place à la représentation et aux explications cisgenres, pourtant inégalitaire et toujours inféodée au tramage hégémonique (clanique ?) d’une supériorité d’un « sexe » sur l’autre. Trente ans après la décision de prise en charge du transsexualisme en France, les films spécifiques sur les trans peuvent être rapidement comptés ; quasiment 90% des films portent sur des représentations MtF, la plupart du temps, simples personnages secondaires traversant une scène. Il faut constater par ailleurs que les films importants sur les FtM sont étrangers[14].

Du volubile Priscilla, folle du désert où la vie camp dans le bush australien, aux demi-teintes de Facing mirrors, la route des trajectoires trans offre, il est vrai, des moments de pure contemplation que souligne Christophe Kantcheff. Mais il est surtout, le réel et la métaphore d’une traversée du désert, synonyme d’isolement, de violences, de discriminations, et pour le contexte occidental de médicalisation et psychiatrisation, où la traversée trans tente de s’aligner sur la condition existentielle humaine ramenée à des normes. Non sans les détours que narrent toutes les chroniques sur les conditions discriminées, telle l’orientation sexuelle, l’identité de genre et la racisation. Vie difficile, vie sur les routes dans une fuite en avant sans guère d’horizon évident, dont l’élan premier est autant celui de se re-trouver que de fuir des cadres que l’on dénonce d’autant volontiers pour faire œuvre critique que l’on est soi-même intégré, offrant ainsi à la trajectoire trans ce qu’il manque tant à l’existence des trans : une vie paisible comme tout un chacun où il n’y aurait pas lieu de mesurer cette sorte d’écart qu’il y a à incarner une époustoufflante -ou pathétique- différence et cette normalité anonyme désirant le rêve du voisin qui lui-même soupire après la norme de son propre voisin, etc. Qu’il soit l’objet de répulsion ou de fascination, la voie qu’empruntent les commentaires, exégèses, thèses et théories sur ces identités non alignées, sexuelle ou de genre, conduit à une énigme conflictuelle, ici l’énigme trans, pénultième marche-pieds pour les contrôles passant par une construction médicalisée de fantasmes, frustrations et peurs encadrées, toutes d’époque.

L’instrumentalisation de la figure trans peut prendre maints visages mais tous convergent vers une reconduite et le maintien, non pas de rapports sociaux soucieux d’un cadre démocratique apaisé et égalitaire, mais des rapports sociaux de pouvoir. L’effacement de la figure FtM plus que les agressions constitue ainsi le fil rouge pénible de Boy dont cry, titre renvoyant à la condition de la masculinité hégémonique, ici pris à rebours et constituant le drame invisible. Si la police avait protégé Brandon Teena, il ne serait pas mort. Dire la spécificité trans n’est pas nécessairement « défaire le genre » mais c’est en tout cas défaire sa prétention hégémonique et sa hiérarchie étouffante conduisant à des meurtres de haine. Transitionner équivaut toujours au renoncement des privilèges non dits d’une part, se solde par une traversée obligée du désert, d’autre part. En ce sens, y voir une traversée spirituelle est un mot qui n’engage que celui qui l’affirme. Celle-ci, loin des contemplations vues en esthète, se paye cash que l’on soit au Pakistan ou en Occident. Nous ne pouvons pas aligner mécaniquement l’introspection et une normalité comme modèle surplombant et seul modèle désirable. Cette co-traversée cumulative, une transition trans et cette introspection, donne à voir toutefois ce cœur palpitant, plus proche de cette impérieuse requête, souvent fêtée comme étant la dernière aventure : Je comme un autre. Mais on risque bien de gommer le cadre de ce « genre en général » (Beaubatie) étouffant les individus et les classant en normaux et déviants en oubliant qu’ils sont, l’un et l’autre, des catégories fictionnelles. En définitive, le cinéma parvient à dire presqu’aisément ces empreintes que laissent les pas douloureux des plus vulnérables et l’état générique et hégémonique du régime cisgenre comme étant un régime étouffant. Un effort que ne parviendra jamais les torsions sociopolitiques afin de faire accroire à un « trouble de genre » que le vivre-ensemble exigerait en ignorant tout de la condition trans et, en particulier, en pensant qu’il n’existe que des trans homme vers femme, ce que ne sont pas les MtF. Finalement, c’est Noémie Luciani pour Le Monde qui tombe juste du premier coup :

« L’horizon reste documentaire : dans le Pakistan contemporain où se déroule l’histoire, l’adoption des repères culturels occidentaux tend à priver les Khusras d’un statut qui, des siècles durant, n’a rien eu d’infâmant. Tout au contraire. Hermaphrodites par artifice, ils incarnaient l’union du masculin et du féminin, ce qui leur conférait un rôle d’intermédiaire entre le monde des dieux et celui des hommes. »[15]

La catégorie occidentale d’infâmie régule ces vies parias. D’un côté, une vision poétique et philosophique, de l’autre, ces modélisations et leur outrecuidance à nier l’hégémonie de ce régime et le sillage de discriminations qu’il engendre. Le pot de terre contre le pot de fer, dirions-nous. Même pas. Une dystopie ordinaire, celle-là que l’on pointe du doigt en l’appelant normalité. Pas celle de pas comptés nous faisant aller dans la même direction pour les mêmes raisons. Non, tous ces pas que l’on ignore, tous frappées au coin de l’évidence qu’il y a à se ressembler sur une codification générique, fabriquer du semblable sans savoir ce qu’il en est de la dette qu’on l’on fait payer aux différents, ces autres en Autres, étrangers et monstres des zoos humains. Sans même le savoir. Je regarde toujours cette figure au miroir d’Eddie dans Facing mirrors, travestie en mariée maquillée, transfigurée dans un mariage forcé et honni que l’Occident condamne si volontiers. Que peut-il rester du jour du mariage, de ce plus beau jour de notre vie que l’on nous présente tant ? Ce visage défait, qui pleure silencieusement, sans un mot, vidé de sa force vive, évidé de son existence. J’estimais que Facing mirrors relèvait de cette tentative au cinéma à dire et poursuivre ces pourparlers participant de la colère et de la sérénité, au sens qu’en donne Gilles Deleuze[16] : « la philosophie ne se sépare pas d’une colère contre l’époque, mais aussi d’une sérénité qu’elle nous assure. La philosophie cependant n’est pas une Puissance. ». Noor et Eddie, comme toutes les vies vulnérables, ne peuvent pas lutter contre cette Puissance, ils vont vers la vie où la force exsude dans cette fuite rendue nécessaire, leur rendant vie et grace.

——————————————-


[1] Ce site propose un classement des plus grands dix films trans, « 10 great transgender films », http://www.bfi.org.uk/news-opinion/news-bfi/lists/10-great-transgender-films (consulté en avril 2014).

[2] « ‘Noor’, ou comment re-devenir un homme au Pakistan », 24.04.2014, http://yagg.com/2014/04/24/noor-ou-comment-re-devenir-un-homme-au-pakistan/

[3] Clarisse Fabre, « Sans contrefaçon, je suis un garçon, Noor », Le Monde, 24 mai 2012, URL : http://www.lacid.org/l-acid-au-festival-de-cannes-355/editions-precedentes-408/programmation-acid-cannes-2012/revue-de-presse-cannes-2012/noor-276/noor-ecce-homo (consulté en avril 2014).

[4] Yagg utilise le terme au pluriel, les Kushras.

[5] Christophe Kantcheff – Politis, URL : http://www.lacid.org/l-acid-au-festival-de-cannes-355/editions-precedentes-408/programmation-acid-cannes-2012/revue-de-presse-cannes-2012/noor-276/noor-de-cagla-zencirci-et-2100

[6] Théo Ribeton – Critikat.FR, « Sans contrefaçon, je suis un garçon : Noor », 24 mai 2012, http://www.lacid.org/l-acid-au-festival-de-cannes-355/editions-precedentes-408/programmation-acid-cannes-2012/revue-de-presse-cannes-2012/noor-276/sans-contrefacon-je-suis-un-garcon.

[7] Entretien avec Emmanuelle Beaubatie, ODT [en ligne], avril 2014.

[8] Margaret Mead, Mœurs et sexualité en Océanie, Terre humaine Poche,  Réed. 1963.

[9] Laurent Salgues et Oriol Canals, Paroles de cinéaste, Sur Noor, Programmation Acid, Cannes 2012, http://www.lacid.org/les-films-42/noor.

[10] « A Paris, Chéries-Chéris porte tous les amours à l’écran », 11 octobre 2013, http://www.lacid.org/revues-de-presse/les-films/noor-296/a-paris-cheries-cheris-porte-tous.

[11] http://lci.tf1.fr/politique/christine-boutin-on-est-envahi-de-gays-7976565.html.

[12] Colette Chiland, In L’Information psychiatrique, pp.259-260, Vol 87, N°4, avril 2011.

[13] http://www.lacid.org.

[14] Facing mirrors de Negar Azarbayjani (Iranien, Allemagne), Boys dont cry de Kimbeley Pierce (USA, 1999)

[15]Noémie Luciani,  « ‘’Noor’ : entre deux genres, entre deux mondes », 22.04.2014, http://www.lemonde.fr/culture/article/2014/04/22/noor-entre-deux-genres-entre-deux-mondes_4404513_3246.html (en ligne).

[16] Gilles Deleuze, Pourparlers, ed. de Minuit, 1990. Réédition 2003.

—————————————–

Mise en ligne : 01.05.2014

 

Entretien avec le magazine Transkind

Entretien par l’ODT

 

Logo Transkind

 

 

*******************************************************************

 

Entretien avec le magazine Transkind

Le magazine des gentils trans.. ou pas

 

 

Bonjour Transkind : qui êtes-vous ?

Bonjour. Transkind est un magazine trimestriel en ligne fait pour les trans Ft* et FtM. La « logistique » (illustrations, mise en page, correction, rédaction des rubriques, réalisation des interviews) est assurée par une petite équipe affinitaire de trans masculins, mais la plupart des articles et des témoignages sont rédigés par des contributeurs occasionnels. Cela dit, il arrive aussi au « noyau dur » de participer au contenu des dossiers.

Le groupe des contributeurs réguliers n’est ni fermé ni statique, et peut – et s’est déjà – enrichi de nouvelles têtes. Si des personnes motivées souhaitent participer plus régulièrement elles sont les bienvenues.

Comment est né le journal ?

J’ai rencontré Armand alors que j’animais un chat vidéo pour trans FtM sur internet. Nous avons sympathisé et lors d’une de nos conversations il m’a parlé d’un projet de recueil de témoignages de trans, projet qui s’est mué en projet de magazine. Nous en avons parlé sur le chat, et assez rapidement un petit groupe de gens enthousiastes, y compris des connaissances à qui nous avons parlé du projet, s’est formé. Même si tous n’ont pas souhaité intégrer l’équipe, ça nous a permis de partir sur des bases assez éclectiques : nous avions tous un passé et/ou un présent, un âge et une situation géographique différents.

C’est à quatre que nous avons conçu et lancé le premier numéro, plutôt centré sur nous – il faut bien commencer quelque part – : Armand (qui vivait à l’époque à Marseille), Josh (de Metz), Joao (à Paris) et moi (j’étais en banlieue lyonnaise).

Comment fonctionnez-vous ?

Killian et moi décidons du thème du futur numéro, de la personne que l’on va interviewer – si possible en rapport avec le dossier mais c’est pas systématique. Ensuite on lance notre appel a contribution – sur les forums, sur facebook, sur notre blog et on en parle aussi a Josh, notre illustrateur. Jusqu’à la dead line pour les contributions, on s’occupe de notre interview, de rechercher de la documentation en ligne et de la rédaction des différentes rubriques (nouvelles, bande dessinée, biographies de trans, critiques de films, de livres, ou d’albums de musique, DIY, etc.), tout en relançant nos réseaux pour collecter des textes. Une fois qu’on a tous nos contenus, on les envois aux correcteurs (souvent à la dernière minute), puis je m’occupe de la mise en page (avec les moyens du bord, je ne suis pas spécialiste, ni très bien équipé) et de mettre le numéro en ligne.

Quels sont les retours sur vos publications ?

Sur la forme, nous avons eu un certain nombre de retours après les premiers numéros, qui n’étaient pas très bien finalisés (et qui contenaient pas mal de fautes d’orthographe et de frappe). Sur le fond, on nous a plusieurs fois demandé, dans les débuts, pourquoi nous ne parlions pas des femmes trans. Il semble qu’il ai fallu un certain temps pour que la thématique générale de Transkind soit évidente pour tout le monde. Nous avons très peu de retours sur nos publications plus récentes (à la grande déception de Killian qui aime la critique).

 

Selon votre expérience, peut-on dire qu’il y a un déséquilibre de représentations entre MtF et FtM, si oui, en quoi consiste-t-il ?

Il y a surtout un déséquilibre de visibilité ; les FtM sont quasi invisibles pour la grande majorité de la population. Ce qui entraine de fait un déséquilibre des représentations : la plupart des gens ont tout un arsenal de préjugés et d’idées toutes faites à leur disposition pour « traiter » l’identité MtF, mais n’ont rien à « projeter » sur les FtM. Cette absence de représentations liée à notre communauté est à double tranchant : souvent, elle nous empêche d’exister puisque nous somme soit renvoyés a une identité butch (pour ceux qui n’ont retenu que notre sexe de naissance) soit a l’identité MtF (pour ceux qui ont juste compris qu’on était trans). Mais elle nous permet aussi d’exister sans avoir à répondre de stéréotypes imposés par les cis, contrairement aux MtF qui doivent constamment lutter contre des préjugés encore largement relayés par les médias.

 

Les médias, la télévision en tête a puissamment contribué à cet état de fait. ce constat a-t-il encouragé la création de transkind ?

Pas du tout. Le but de Transkind n’est pas spécialement de faire connaître les FtM au grand public. Nous nous adressons avant tout aux trans Ft* et FtM. C’est plutôt l’absence de magazine communautaire en français (alors qu’il en existe plusieurs dans le monde anglophone, comme par exemple Dude ou Original Plumbing – bien que leur formule soit différente de la notre) qui nous a motivé.

 

L’un des FtM les plus connus est Thomas Beatie, non en raison de sa transition mais le fait qu’il a donné la vie à 3 enfants. Quelle analyse en faites-vous ?

Le fait est que c’est la paternité de Thomas Beatie qui est mis en avant en premier lieu comme facteur choc : il a été présenté par les médias comme « le premier homme enceint », sans insister particulièrement sur sa transidentité (ce qui paradoxalement a permis d’augmenter le potentiel sensationnel de la nouvelle en transformant sa grossesse en épisode de science fiction ou en violation des lois de la biologie).

Par ailleurs, je pense qu’il a suscité beaucoup de fureur chez certains non pas parce qu’il est trans mais parce qu’en décidant de donner lui-même naissance à ses enfants il a délibérément refusé de renoncer à une « prérogative féminine ».

 

Quel message politique ou militant portez vous ou / dans quels messages politiques ou militants vous reconnaissez vous ?

Dans l’équipe de Transkind nous ne sommes pas d’accord sur tout et nous n’avons pas forcement les mêmes façons de militer ni une façon identique de concevoir ce qui est ou pas politique. C’est lié en grande partie, je pense, au fait que nous avons des parcours, des identités, des âges, des sexualités diverses et que nous vivons dans des milieux différents ; et aussi au fait que nous ne nous sommes réunis sur une base affinitaire plutôt que sur une ligne politique.

Néanmoins nous sommes tous d’accord sur la nécessité de refléter cette diversité dans les pages de Transkind et de contrecarrer l’idée d’un trans « modèle », qui serai le seul valable.

Nous sommes aussi attachés à l’idée de laisser enfin les personnes concernées parler de ce qui les concerne sans interférences. Plus largement, nous tendons vers une autonomie trans dans la conception du magazine, c’est-à-dire que nous ressentons comme nécessaire dans un projet trans d’échapper à l’ingérence cis.

 

Où en est-on aujourd’hui des chirurgies FtM? Des progrès ont-ils été réalisés ou non ?

Niveau chirurgie du torse, les techniques sont très satisfaisantes, de moins en moins de rejet de greffon de téton, meilleures techniques au point plutôt qu’à l’agrafe, les chirurgiens prennent en compte l’envie de cicatrices discrètes. Il y a dix ans quand j’ai commencé il n’y avait que deux chirurgiens en France qui proposaient de bonnes opérations aux FtM, aujourd’hui il y a encore de mauvais chirurgiens du torse mais dans l’ensemble un effort général a été fait, on peut enfin trouver un chirurgien compétent avec la prise en charge à 100% pour les FtM les plus en difficultés financières. Pendant longtemps les FtM ont dû payer même pour être opéré par un boucher, je ne considère pas les techniques actuelles comme parfaites, mais les chirurgiens commencent à prendre en compte le besoin de la personne. Je précise que les techniques opératoires utilisées était déjà pratiqué il y a plus de 10 ans aux USA par un chirurgien. De ce que je sais, la Suisse et la Belgique ont suivie, puis l’Allemagne, car les chirurgiens suisses opèrent également en Allemagne et en Espagne. La France n’est pas la dernière mais on ne va pas non plus applaudir ; alors qu’elle a les meilleurs chirurgiens de greffe en sa possession (ironie)

Pour l’hystérectomie la technique est la même que pour les femmes cisgenres donc pas trop de choses à dire là dessus.

Les chirurgies génitales sont plus sujet à controverse, en effet on distingue deux techniques chacune avec ces avantages et inconvénients.

D’une part, la métoidioplastie, qui a bien évolué en Europe et en France : il y a dix ans un seul en France la pratiquait – je n’en suis pas sûr, peut-être qu’un autre chirurgien en officiel tentait des essais mais je n’entendais parler de méta qu’en Serbie (très cher ; sans compter les possibles problèmes post-opératoire).

Aujourd’hui, on la pratique en Europe, pour en avoir vu, celle pratiqué en France à Lyon est belle et fonctionnelle.

Pour ma part la métoidioplastie est arrivé quasiment à son maximum de possibilité, l’envie générale de ceux qui la choisissent est de développer une technique pour augmenter la circonférence et taille du néo pénis.

Je pense cela faisable mais je n’ais pas encore vu de nouveauté sur ce point. Seul soucis pour cette opération : la présence fréquente de fistules et d’infections.

D’autre part, la phalloplastie (celle que j’ai choisi), qui est une technique compliquée et lourde.

Pour moi la technique par greffon d’artère de l’avant bras est la plus satisfaisante. En France, trois chirurgiens commencent à la pratiquer avec plus ou moins de succès. La Belgique et la Suisse sont plus au point (plus d’années d’expérience) esthétiquement et surtout au niveau des problèmes post opératoire (fistules, infections). Malheureusement les chirurgiens ne veulent pas faire évoluer les techniques pour le moment.

Esthétiquement, il y a des choses à améliorer. La circonférence du néo pénis est acquise depuis plusieurs années. Le néo gland par contre reste un mini bourrelet qui se transforme vite en une simple forme plate. Pourtant un chirurgien à Londres et un en Serbie ont de très beaux résultats visuels mais après différentes demandes en Belgique, Suisse et France, aucun chirurgien ne veut l’essayer, certains par peur, d’autres par conviction que leur technique est la meilleure (ils devraient lire les forum FtM pour ouvrir les yeux)

Niveau sensation la greffe a le défaut de perdre en sensibilité de surface (comme le chaud et le froid). Je reste persuadé que des alternatives existent pour améliorer tout ceci, car après des discutions avec des chirurgiens, mes idées sont intéressante (même déjà étudiés) mais personne ne veut les tenter car, m’a-t-on dit, les techniques actuelles sont à peine acquise réellement. Le manque de temps, de moyen pour monter des équipes et surtout le manque de chirurgiens voulant étudier ces opérations ne permettent pas de s’essayer à un réel projet de grandes améliorations.

Niveau sensations sexuelles et orgasmiques, il n’y a plus de soucis mais la mauvaise image de la phalloplastie perdure malgré tout sur ce point.

Contrairement à la métoidioplastie, la phalloplastie a une taille moyenne d’homme cisgenre et pour provoquer une érection le peu d’afflux sanguin reçu dans le dicklit caché dans le néo pénis et l’artère principal qui longe la verge ne suffisent pas. Il est donc nécessaire de recourir aux prothèses.

Deux prothèses sont proposées (elles sont exactement les mêmes que celle proposées aux hommes cisgenres) :

Une semi rigide, qui convient davantage à des hommes qui ne pratiquent pas de sport au quotidien et qui veulent éviter toutes pannes d’érection (sa durée de vie est de 7 a 10 ans). Cette tige est pour moi plus fragile car il y a une tension constante sur la base fixée au coccyx.

La pompe, qui est un élément fragile : la durée de vie de cette prothèse est inférieure (de 5 à 7 ans). Elle a tout de même l’avantage de produire une érection plus réaliste grâce à l’action de la pompe et d’être souple au repos.

Ces deux tiges ne sont parfaites pour personne mais aucun autres choix n’est proposé (un chirurgien m’a confié qu’aucune évolution n’était envisagée par les constructeurs pour le moment, car tant que les deux produits se vendent bien, il n’y aucune raison de perdre du temps et de l’argent pour élaborer une tige enfin efficace)

En conclusion, je dirais que les techniques développées il y a 10 ans sont enfin maitrisées. Nous ne sommes pas assez nombreux pour intéresser des masses de chirurgiens, ni toutes les écoles de médecines. Donc elles n’évoluent pas spécialement mais au moins elles sont maitrisées! Les chirurgiens prennent le temps de discuter et de savoir ce que désire le patient, je crois que l’évolution est surtout évidente là dessus, enfin de l’écoute.

L’avenir de ce type de chirurgie reste floue : ces techniques pourraient être proches de réussir un compromis très agréable entre néo pénis (phallo ou méta) et pénis cisgenre. Des conférences sur ce type de chirurgie existent, des chirurgiens réfléchissent et s’attachent à parfaire leurs techniques actuelles. C’est une belle évolution en 10 voir 15 ans!

Les progrès d’écoute et de partage des techniques entre chirurgien étant en marche, nous sommes encore loin de la chirurgie génitale parfaite, mais pas très loin du torse sans cicatrice visible.

Alors oui des évolutions évidentes ont été faites, que ce soit directement ou indirectement, en matière de chirurgies FtM.

 

Dernière question : Quels sont les projets de Transkind ?

Nous aimerions pouvoir constituer un réseau de trans FtM et Ft* à l’international – notamment dans des pays moins médiatisés, afin de réaliser tout d’abord une série de portraits et, à plus longue échéance, des dossiers comparatifs sur un sujet particulier (par exemple les thérapies hormonales de substitution ou les chirurgies).

Nous voudrions aussi réaliser une série d’articles sur l’intersectionnalité des luttes, ce qui nécessitera aussi qu’on étoffe notre réseau de personnes intéressées et concernées par ces sujets.

Dans un registre un peu plus léger nous aimerions – quand nous auront trouvé assez de téméraires – sortir un calendrier sur le mode de l’auto-dérision.

 

**********************************************************

Mise en ligne : 3 mai 2014

Entretien avec le magazine Transkind

Entretien avec Emmanuelle Beaubatie

Emmanuelle Beaubatie

Doctorante à l’Institut de Recherche Interdisciplinaire sur les Enjeux Sociaux (IRIS-EHESS),

associée à l’équipe « Genre, santé sexuelle et reproductive » de l’INSERM.

 

 

****************************************************************

 

 

Entretien avec Emmanuelle Beaubatie

 

Bonjour Emmanuelle : peux-tu te présenter et nous dire deux mots sur ta thèse ?

C’est un travail de thèse en sociologie sur les parcours trans’ en France. Je suis actuellement rattachée à l’Institut de Recherche Interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (EHESS) et associée à l’équipe « Genre, santé sexuelle et reproductive » de l’INSERM. L’enquête s’appuie sur des entretiens individuels avec des personnes estimant poursuivre ou avoir poursuivi un parcours de transition, ainsi que sur des résultats et analyses secondaires de l’enquête « Trans et santé sexuelle » de l’INSERM menée en 2010 et sur laquelle je travaille par ailleurs avec Alain Giami. La thèse s’intéresse à l’hétérogénéité des trajectoires sociales trans’ en France, en particulier du point de vue du genre.

Dans la littérature académique sur le sujet, mais aussi dans les mouvements militants trans’ et LGBT, la diversité sociale des parcours trans’ est souvent négligée. C’est ce même phénomène que le Black feminism a dénoncé à propos des femmes : leurs différentes caractéristiques sociales de race, de classe et autres n’étaient alors (et ne sont toujours) pas prises en compte dans les textes comme dans les mobilisations collectives. Concernant les trans’, les études féministes et genre n’échappent pas à cet écueil. Les universitaires s’intéressent généralement au rapport – normatif ou non – des trans’ à la norme de genre. Le débat tourne beaucoup autour de la question suivante : est-ce que les trans’ reproduisent ou subvertissent la norme de genre ? Mais, comme le rappelle souvent la sociologue Viviane Namaste, la principale préoccupation des trans’ au quotidien n’est pas de reproduire la norme de genre ni d’être des héros de la subversion[1]. Poser cette seule question revient à invisibiliser le cadre socio-institutionnel qui structure les transitions, ainsi que les caractéristiques sociales des trans’, y compris leur genre.

Dans cette recherche, il s’agit de replacer les parcours trans’ dans un contexte social et institutionnel et de prendre en compte les rapports de pouvoir qui le traversent. L’idée est de comprendre en quoi les rapports de genre structurent différemment les parcours d’hommes (female-to-male ou FtM) et de femmes trans’ (male-to-female ou MtF) et en quoi les rapports de classe et de race également, dessinent des transitions qui prennent différents visages. Cette recherche s’intéresse aussi aux constructions subjectives qui découlent de ces différentes trajectoires trans’ en termes de genre et de rapport au risque de transmission sexuelle du VIH.

 

Il y a 3 ans, tu publiais avec Julie Guillot un article sur l’invisibilité des FtMs : vous notiez que la science, par son androcentrisme, avait pleinement participé à l’invisibilisation des FtMs…

Oui, il y a une prise en compte scientifique différentielle des trans’ selon le genre. Les FtMs sont rarement mentionnés dans la littérature. Les travaux de médecine, de psychologie ou de sociologie portant sur les parcours FtMs ou même les incluant sont bien moins nombreux que les travaux portant exclusivement sur les MtFs. Ce constat s’étend aux travaux d’épidémiologie portant sur le VIH/sida dans la population trans’ : les FtMs, considérés d’emblée comme étant épargnés par l’épidémie, ne sont que très rarement inclus.

Par ailleurs, l’offre médicale qui est proposée aux hommes trans’ est bien moins fournie que celle qui s’adresse aux MtFs. Il y a cette idée reçue selon laquelle un pénis serait plus compliqué à fabriquer qu’un clitoris et un vagin. Je préfère avancer l’hypothèse que la médecine s’intéresse moins plus aux MtFs qu’aux FtM, comme elle médicalise davantage les corps des femmes que ceux des hommes cisgenres[2]. Les techniques chirurgicales dites de phalloplastie[3] et de métaoïdioplastie[4] sont moins pratiquées et présentent davantage de complications que la chirurgie de vaginoplastie destinée aux MtFs. Et comme le remarque justement l’anthropologue Jason Cromwell[5], le terme de pénoplastie demeure réservé aux hommes cisgenres[6] qui se font allonger ou élargir le pénis. Le phallus symbolique est accordé aux hommes trans’, mais on leur refuse le pénis biologique. L’accès au masculin est impensable, pour reprendre les termes de Julie Guillot, qui est l’une des rares chercheuses à s’être penchée sur l’invisibilité des FtMs[7].

Tout se passe comme si, contrairement au genre féminin, le genre masculin se devait d’être biologique. La psychologue Suzanne Kessler l’a bien montré dans le cadre du traitement médical des nouveaux nés intersexués[8]. Elle remarque que la plupart de ces bébés sont assignés au féminin. Dès lors que la taille du présumé pénis est estimée « naturellement » insuffisante (selon des critères plus ou moins obscurs), ce qui est le cas dans la plupart des situations d’intersexuation, c’est le genre féminin qui est attribué. La taille du clitoris-pénis est alors réduite par un acte chirurgical, dénoncé comme étant mutilant par les associations d’intersexués. On considère que l’on peut construire une femme, mais pas un homme. Le genre masculin est représenté comme neutre, donc comme inné. C’est cette même représentation qui est responsable de l’invisibilité des hommes trans’.

 

Les médias y sont aussi pour quelque chose : comment analyses-tu leur rôle dans ce choix de monstration / invisibilisation ?

Le rôle des médias est indéniable en cela qu’il contribue à façonner le sens commun sur ces questions. Les médias nourrissent une fascination sexiste pour les MtFs en même temps qu’ils invisibilisent les FtMs. Très récemment, un article du magazine Le Point publié à la suite du rapport de l’Académie de Médecine sur la conservation des gamètes pour les trans’ en donne un exemple flagrant[9]. Illustré par une photographie de femmes trans’ en tenue de cabaret, il a fait grand bruit sur les réseaux sociaux (la photo a été changée depuis). Sur cette image censée représenter la population trans’ : pas de FtM, mais des MtFs mises en scène dans la performance burlesque de la féminité.

La fascination des médias pour les femmes trans’ ne date pas d’hier. Déjà en 1953, le recours à la chirurgie génitale d’une MtF ex-GI américain, Christine Jorgensen, avait fait les gros titres de la presse et était sur toutes les télévisions. Jorgensen était alors mise en scène comme une incarnation de stéréotypes féminins, qui plus est blancs et bourgeois. Des images d’archives analysées par Karine Espineira montrent même des journalistes l’attendre en masse sur le tarmac, telle une star ou une femme politique, alors qu’elle sort de l’avion qui la ramène aux États-Unis après son opération[10]. Étrangement, on n’a jamais assisté à une telle scène dans le cas d’un FtM. Il semble impensable pour des journalistes d’attendre le retour d’un homme trans’ après la réalisation de sa phalloplastie. Vouloir devenir un homme est socialement et médiatiquement considéré comme un désir normal puisqu’il s’agit de rejoindre le groupe dominant. La théorie psychanalytique de l’envie universelle du pénis chez les femmes contribue également à banaliser le désir de transition des FtMs. En revanche, les MtFs intriguent d’autant plus que leur transition est perçue comme illogique compte tenu des rapports de genre : dans une société patriarcale, quel intérêt aurait-on à devenir une femme ?

La biologiste et essayiste Julia Serano voit dans la fascination des médias pour les femmes trans’ une imbrication entre transphobie et sexisme qu’elle qualifie de transmisogynie[11]. Elle distingue deux types de représentations des femmes trans’. Il y a les trans’ « pathétiques », qui tentent de construire une féminité stéréotypée mais ne sont pas vraiment « crédibles ». On les voit dans des reportages sur les parcours trans’ : les MtFs y sont mises en scène en train de s’habiller, de se maquiller, de performer la féminité. Les hommes trans’ en revanche, apparaissent plus rarement dans de tels documentaires et ils ne sont évidemment jamais représentés en train de tenter de performer la masculinité (la masculinité se doit d’être innée, ndlr). Et il y a les femmes trans’ « imposteures » (« deceptive transsexual » selon ses termes), qui elles, jouent le rôle de prédatrices sexuelles et se servent de leur bon passing[12] pour « piéger » les hommes. Dans des films, publicités (je pense à un opérateur téléphonique), ou encore des séries comme Nip Tuck, on voit souvent des hommes qui découvrent que leur partenaire est en fait trans’, comme s’il s’agissait d’une imposture les renvoyant à l’homosexualité masculine. Dans les films et les séries, la présence de FtMs est encore plus rare que dans les documentaires, mais on peut penser qu’ils n’y seraient pas représentés ainsi : la figure sexiste de la prédatrice sexuelle maléfique est réservée aux femmes.

Je vais m’éloigner un peu du sujet, mais au-delà du traitement médiatique différentiel des hommes et des femmes trans’, il y aurait aussi beaucoup à dire sur ce que les médias choisissent de montrer ou d’invisibiliser par rapport aux parcours trans’ en général. On entend peu de choses sur la psychiatrisation ou encore sur la stérilisation forcée des trans’[13], qui constitue pourtant une violation des droits humains. D’un côté, les institutions médicales et légales limitent l’accès aux chirurgies souhaitées par les trans’ en les psychiatrisant, mais de l’autre, elles les obligent à subir d’autres chirurgies qu’ils ne souhaitent pas forcément s’ils veulent pouvoir changer leurs papiers. Ce paradoxe institutionnel reste invisible dans les médias, ceci alors qu’il structure très concrètement les parcours de transition en France comme dans de nombreux pays.

 

Une des premières questions, lorsqu’on parle des FtMs, est de savoir s’ils sont aussi nombreux que les MtFs. Que répondre à cette question?

L’idée reçue selon laquelle les FtMs seraient moins nombreux que les MtFs est souvent avancée pour justifier l’invisibilité des FtMs. Il est important de questionner cette fausse croyance qui, en elle-même, contribue à l’invisibilisation des hommes trans’. On lit dans beaucoup de rapports, articles ou ouvrages scientifiques, qu’il existe un ratio de 3 MtFs pour 1 FtM. D’où vient ce ratio ? Il est parfois fondé sur les chiffres des assurances maladie concernant le recours à la chirurgie génitale. Or, on sait que les hommes trans’y ont moins recours que les MtFs étant donné que l’offre chirurgicale qui leur est proposée est plus réduite et que, en conséquence, la phalloplastie ou la métaoidioplastie ne sont pas obligatoires pour changer leur état civil en France, contrairement à la vaginoplastie, qui est imposée aux MtFs. Un tel ratio est aussi avancé au prétexte d’une plus grande participation des femmes trans’aux enquêtes. Mais cette moindre participation des FtMs à des recherches d’origine institutionnelle peut être expliquée par une hypothèse sociohistorique. Les trans’ont développé une grande méfiance à l’égard de l’expertise médicale et, plus largement, à l’égard de toute forme d’expertise professionnelle, car les médecins leur ont historiquement confisqué leur expertise profane. Mais cette méfiance est d’autant plus marquée chez les FtMs qu’ils ont été invisibilisés par le discours médical lui-même. Il n’est donc pas étonnant qu’ils participent encore moins aux enquêtes.

Une autre idée reçue est fréquemment avancée pour justifier l’invisibilité des FtMs : les hommes trans’auraient un meilleur passing que les femmes trans’. On entend souvent que la testostérone « fonctionne mieux » que les œstrogènes et la progestérone, une hypothèse qui véhicule un stéréotype de genre selon lequel l’hormone prédominante chez les hommes serait plus puissante que celles qui prédominent chez les femmes. Ainsi, les FtMs sous hormones passeraient mieux que les MtFs sous hormones. Pourtant, il y a des hommes trans’qui ne sont pas satisfaits de leur passing et il y a des femmes trans’qui le sont. Par ailleurs, les psychologues Suzanne Kessler et Wendy MacKenna, en enquêtant sur les déterminants de la perception du genre des personnes, ont démontré que dès lors qu’une personne présente des caractéristiques physiques considérées comme masculines, même quand elle en présente d’autres féminines, c’est le genre masculin qui est attribué à la personne. Autrement dit, notre regard n’échappe pas à la représentation du masculin comme référent neutre. Ça n’est pas la testostérone qui « fonctionne mieux », c’est notre regard qui est androcentré.

Pour en revenir à la question, je répondrais que les FtMs ne sont vraisemblablement pas moins nombreux que les MtFs, mais qu’ils sont socialement, scientifiquement et institutionnellement invisibilisés. Le genre masculin est représenté comme étant inné : en conséquence, l’existence même des hommes trans’est niée.

 

On pourrait avant tout penser que leurs parcours sont différents…

Oui, à l’image des cisgenres, les trans’sont traités de manière différente selon que ce sont des hommes ou des femmes, ce qui engendre des différences dans leurs parcours. Les trans’n’échappent pas aux rapports de pouvoir, qu’ils soient de genre, de classe, de race, ou de sexualité.

Dans la littérature académique, dans le domaine cinématographique, artistique et dans le sens commun, il y a cette croyance selon laquelle les trans’seraient des personnages hors du monde social, presque mystiques. Dans les films et les séries, il n’est pas rare que les femmes trans’ soient incarnées par des tireuses de cartes. Et les séries gays ou lesbiennes ne sont pas épargnées : Arnaud Alessandrin a d’ailleurs remarqué dans son article sur les trans’ dans les séries que dans Queer as Folk, la seule MtF qui apparaît à l’écran est une voyante[14]. Les trans’ sont aussi désocialisés dans les travaux universitaires et même, c’est le comble, en sociologie. La plupart des travaux ne s’intéressent pas aux parcours trans’ pour eux-mêmes. On regarde plutôt à travers les trans’ pour en savoir plus le genre en général. C’est le cas dans la fameuse étude du cas Agnès par le sociologue Harold Garfinkel. Partant du postulat que les trans’ reproduisent fidèlement la norme de genre, Garfinkel a formulé des normes de genre universelles à partir de l’observation d’une MtF, Agnès. Mais les vies des trans’ ne se résument pas à leur rapport subjectif à la norme de genre. Comme les cisgenres, les trans’ évoluent dans un contexte social et ses rapports de pouvoir, qui s’articulent avec la domination cisgenre.

Les parcours trans’ peuvent donc prendre différents visages selon les caractéristiques sociales des personnes, notamment le genre. On remarque par exemple que les FtMs transitionnent en moyenne beaucoup plus tôt dans leur vie que les MtFs. Pour les hommes, l’injonction à la masculinité exclusive de la féminité est plus forte que l’injonction à la féminité exclusive de la masculinité. La sociologue Raewyn Connell le montre bien : être un homme, c’est avant tout ne pas être une femme[15]. Un homme qui commence à se féminiser sera davantage stigmatisé, marginalisé et violenté qu’une femme qui commence à se masculiniser. Pour un homme, le fait de se féminiser est considéré comme une déviance, un déclassement. C’est ce qui amène environ une femme trans’ sur deux à repousser l’âge du début de sa transition, à vivre une « première vie » maritale hétérosexuelle et à avoir des enfants en tant qu’homme. Ce phénomène est très rare chez les FtMs. Chez les MtFs qui transitionnent plus jeunes, sans avoir connu cette « première vie », leur situation professionnelle encore instable engendre généralement une forte précarisation. Bien sûr, les FtMs aussi subissent cette dynamique de précarisation tant qu’ils n’ont pas leurs papiers[16]. Mais ils s’en trouvent généralement moins marginalisés que les MtFs (moins de rupture familiale, moins de difficultés à poursuivre des études ou trouver un emploi) car la transgression de genre ne prend pas la même signification sociale de part et d’autre.

 

Y-a-t-il une spécificité FtM face aux discriminations ?

Oui, les FtMs sont confrontés à des discriminations qui leurs sont bien spécifiques. Ils rencontrent des problèmes d’ordre administratif lorsqu’ils ont un bon passing, mais n’ont pas ou pas encore changé le sexe de leur état civil. Historiquement invisibilisées, les transitions FtMs n’existent pas ou peu dans le sens commun. Les gens ne connaissent donc souvent pas l’existence des FtMs et ils ne croient donc pas aux explications que les hommes trans’ leurs donnent quand ils sont forcés de justifier de la discordance entre leur apparence et leurs papiers. A cela s’ajoute le fait que l’on soupçonne davantage les hommes que les femmes de délinquance. C’est encore plus flagrant quand les FtMs sont racisés : ils sont d’autant plus soupçonnés.

Les hommes trans’ se confrontent ainsi à un certain nombre de situations ubuesques. Par exemple, un FtM peut se voir résilier sa carte de crédit par son banquier, qui, après l’avoir eu au téléphone avec une voix un peu plus grave que quelques mois auparavant, pense qu’elle a été volée par un homme. Les hommes trans’ ont beaucoup de difficultés à récupérer des colis ou recommandés, même s’ils font leur coming-out au personnel qui refuse d’accéder à leur demande. Quand ils sont racisés, qu’ils ont un bon passing et qu’ils présentent une pièce d’identité avant d’avoir changé leur état civil, ils peuvent être accusés d’avoir volé les papiers d’identité d’une femme : la personne qui les soupçonne pense alors qu’ils sont des hommes cisgenres sans-papiers. Les femmes trans’ connaissent évidemment ces mêmes problèmes administratifs, mais dans une moindre mesure.

On voit ici que les rapports de pouvoir sont imbriqués, mais qu’ils ne s’additionnent pas de manière arithmétique. C’est ce qu’on appelle en sociologie la consubstantialité des rapports de pouvoir[17] : leur imbrication fait qu’ils se construisent et se transforment mutuellement. La position la plus « défavorable » socialement n’est donc pas toujours l’addition de la position de dominé.e sur tous les plans, par exemple celle d’une trans’/femme/racisée. Dans certains domaines, les trans’/hommes/racisés, malgré le fait qu’ils sont perçus comme appartenant au sexe socialement dominant, rencontrent des difficultés qui affectent moins les femmes aux mêmes caractéristiques sociales.

 

Et dans le domaine de la santé ?

D’abord, il me semble important de dire un mot sur le VIH. Parce la plupart des enquêtes sur les trans’ et le VIH ont tendance à prendre les différences de genre pour acquises. Comme les lesbiennes, les FtMs ne sont inclus que dans très peu d’enquêtes sur le sujet. Pourtant, ça n’est pas parce qu’ils sont moins touchés par l’épidémie qu’ils échappent au risque de contamination par le VIH. Comme chez les MtFs, l’expérience de la stigmatisation et de la précarisation liées à la transition contribue à faire passer la préoccupation d’une éventuelle infection au VIH au second plan pour les FtMs. Comme certaines MtFs, des FtMs déclarent prendre des risques dans leur sexualité car ils ne sont « plus à ça près » compte tenu de tous les risques qu’ils encourent déjà en poursuivant leur transition. En situation de rupture familiale, d’impossibilité à être embauché nulle part car on n’a pas ses papiers ou encore de manque d’argent pour réaliser sa transition comme on le souhaite, on se préoccupe moins du VIH. Et c’est valable pour les FTMs aussi, même si les MtFs, plus touchées par la précarisation que les hommes, relègueront davantage le souci du VIH au second plan dans leur parcours.

Par ailleurs, il faut rappeler que tous les hommes trans’ ne sont pas hétérosexuels. Et dans la population homosexuelle masculine, on sait que la prévalence du VIH est considérable. En cas de rapports sexuels non protégés, les FtMs gays sont donc fortement exposés. Sans compter que les messages de prévention spécifiquement adressés aux FtMs sont très rares, bien qu’il en existe de plus en plus en provenance d’associations trans’, de commissions trans’ d’associations de lutte contre le VIH et de médias communautaires.

Il y a également la question bien spécifique du suivi « gynécologique » des FtMs qui en ont besoin. En plus de son lot de violences symboliques, qui affecte aussi les femmes cisgenres, et de la réassignation de genre qu’il peut imposer aux hommes trans’, ce suivi donne parfois lieu à des maltraitances, voire à un refus d’examen. Encore une fois, les hommes trans’ peuvent être perçus comme de potentiels imposteurs cisgenres dangereux, car ils sont des hommes, et se voir refuser la consultation. En médecine générale, les trans’ rencontrent par ailleurs des comportements paternalistes de la part des médecins. Certains généralistes mettent tous les maux des FtMs sur le compte de la prise de testostérone, même quand ils consultent pour une simple rhino-pharyngite. Les MtFs hormonées rencontrent un peu moins ce type de discours, qui est une manifestation courante de l’interdiction de l’accès au masculin.

 

****************************************************************

 

[1] NAMASTE, Vivane. Invisible Lives. The erasure of transsexual and transgendered people, Chicago: The University of Chicago Press, 2000.

[2] Cisgenre est l’antonyme de transgenre. Ce terme désigne les personnes dont le genre correspond à celui qui leur a été assigné à la naissance.

[3] La phalloplastie consiste à fabriquer un pénis avec prothèses testiculaires à partir de peau prélevée sur une partie du corps (bras, cuisse, ventre, flanc).

[4] La métaoidioplastie consiste à allonger le clitoris pour en faire un pénis en réalisant la section du ligament suspenseur. Elle s’accompagne souvent de la pose de prothèses testiculaires.

[5] CROMWELL, Jason, 1999. Transmen and FtMs : identities, bodies, gender and sexuality, Chicago: University of Illinois Press.

[6] Cisgenre est l’antonyme de transgenre. Il désigne les personnes dont le genre correspond à celui qui leur a été assigné à la naissance.

[7] GUILLOT, Julie. Entrer dans la maison des hommes. De la clandestinité à la visibilité : trajectoires de garçons trans’/FtM, Mémoire de Master 2 Recherche, Dir Rose-Marie Lagrave, EHESS IRIS), 2008.

[8] KESSLER, Suzanne. « The medical construction of gender: case management of intersexed infants », Signs : Journal of women in culture and society 1990, vol.6, n°1.

[9] « Quand les transsexuels ont des projets parentaux… », par Anne Jeanblanc, Le Point, 27 mars 2014.

[10] ESPINEIRA, Karine, « La construction médiatique du sujet trans : apports de l’analyse intersectionnelle », séminaire « Genre, médias et communication », animé par Nelly Quemener et Virginie Julliard, 13 décembre 2013.

[11] SERANO, Julia. Whipping girl: a transsexual woman on sexism and the scapegoating of femininity, Berkeley: Seal Press, 2007.

[12] Avoir un bon passing signifie pour les trans’ le fait de passer pour un homme cisgenre (FtMs) ou pour une femme cisgenre (MtFs)

[13] En France comme dans de nombreux pays, les trans’ doivent se soumettre à une chirurgie de stérilisation obligatoire pour pouvoir obtenir le changement du sexe de leur état civil.

[14] Alessandrin, Arnaud, “Fictions G&L et la minorité B&T (Queer as Folk et The L Word)», Cahiers de la Transidentité, vol.2, pp : 103-119, Harmattan, 2013.

[15] Connell Raewyn, (2005). Masculinities. Berkeley, University of California Press.

[16] Rappelons que pour pouvoir changer le sexe de son état civil, il faut obligatoirement avoir réalisé certaines opérations chirurgicales, dont la stérilisation.

[17] KERGOAT, Danièle. “Dynamique et consubstantialité des rapports sociaux”, in DORLIN, Elsa. Sexe, race, classe. Pour une épistémologie de la domination, Paris: PUF, 2009.

 

****************************************************************

Mise en ligne : 3 mai 2014

Introduction

Maud-Yeuse Thomas

 

 

 

« « « « `

Introduction

 

La machine internet

À l’évidence, internet a changé la donne et rebattu les cartes. Pour aller vite, formulons que cette nouvelle donne s’est effectuée pour changer une maldonne. Celle des discriminations, invisibilisations, discours et pratiques malveillantes, mauvaise formation des praticiens débouchant sur des mauvaises opérations. Aujourd’hui encore, certains praticiens se plaignent qu’ils ont été mis devant le fait accompli, de « souffrir » eux aussi des maldonnes : manière naïve mais efficace pour dissimuler une transphobie ordinaire. De fait, le renouveau espéré par les personnes trans est toujours en cours. L’arrivée de la Sofect a accentué cette maldonne et investissant internet comme outil de diffusion à la manière d’une start-up. Là où son rôle est, en revanche, nettement décisif réside dans le débat permanent dans une profusion de sites, blogs, forums, et l’importance prise par l’analyse universitaire où le sujet trans est désormais investi par des auteur.es, il y a peu encore, silencieux et indifférent.

Pour qui veut creuser, les revues en ligne offre ainsi un panorama impressionnant, invalidant l’idée qu’internet accélérerait le zapping intellectuel en s’alignant sur le zapping télévisuel. Nous pouvons dire qu’à l’inverse, internet popularise la possibilité de se faire une bibliothèque personnelle. Face à la massivité du travail quotidien des normes de genre comprises comme étant des normes de sexe, internet joue tout son rôle d’espace d'expressions pour une micropopulation alors très peu visible encore dans la décennie 1990-2000. Sur le fond, internet désenclave les individus souvent isolés, permet les regroupements et surtout de revenir sur l’invisibilité de la question trans et l’ininterrogation de la dimension du genre.

Du jour au lendemain, internet raccourci les distances. En changeant de genre sur l'écran, on teste sa capacité à répondre aux normes de genre usuelles, cette fois détachées du contexte des significations prétendant à une coïncidence déterministe sexe-genre. L'on teste dans le même temps ceux et celles qui répondent aux messages. On peut trouver une communauté de destin, dire ce que l'on a sur le cœur dans un échange interpersonnel autant que la recherche d’informations et d'adresse de praticiens sans quitter son bureau. Le forum va constituer un lieu idéal pour cet échange multiple et jouer à la fois le rôle de village et de rond-point débouchant sur une multitude de routes définies et de chemins de traverse. Rien n'empêche de fréquenter plusieurs forums, bien au contraire. À L'anonymat, s'ajoute l'usage de pseudonymes. En sus, l'on peut se présenter comme une militante engagée dans un forum, un timide discret dans un autre ou encore une recherche d’une rencontre sexuelle. Internet amplifie ce que le minitel avait mis en place, propose une profusion sur des milliers de pages actualisant une sexualité trans, trop souvent oubliée.

Le forum est organisé de telle manière à ce que son espace d'expression traite non seulement les sujets pour lequel il est organisé mais encore, qu'il détienne une part substantielle des représentations. Autrement dit, que ces micro-espaces deviennent la norme majoritaire et l'expriment, à l'instar du village gaulois résistant à la puissante Rome. Le forum est alors une place du village, le lieu retrouvé des déambulations subjectives sans danger. Il n'est pas ce lieu libre de toute contrainte ou la cour des fantasmes, tel qu'aime à le décrire l'aiguillon du contrôle mais un espace minoritaire dont les habitants et les usages le muent en espace majoritaire. La règle d'or de beaucoup de forums est donc la bienveillance face à l'espace de contrôle des normes majoritaires accédant aux normes sociosymboliques dominantes, où les malveillances, agressions et prédations sont nombreuses et la ligne de conduite autant que d'une interrogation politique et parfois philosophique est une réflexion sur la fonction sociopolitique des discriminations.

 

Internet politique

Ce renversement normatif va alimenter un renversement politique envers les discriminations et un resserement analytique sur les phobies maintenant la pression normative. En se généralisant, cette lutte contre les discriminations de chaque groupe assure sa présence, passe du sujet observé et transformé en un consommateur captif d'observations objectivantes, de soins, conseils, médicaments, thérapies, etc., en sujet observant dans un échange interpersonnel et transculturel. Fini le travelo et le yabon banania, l'interrogation sur la transphobie comme le racisme ouvre l'interrogation civique au quidam informatique. Internet est à cet égard un prolongement de l'espace de conformité. L’espace (presque) gratuit, tentaculaire, transculturel permet un maillage sans limites, dénoue les contraintes qui s'exercent sur les représentations minoritaires enchâssées dans une pression majoritaire hégémonique et déborde désormais presque tous les pouvoirs.

De tous les sujets, l'un d'eux émerge de manière massive et constitue le fil le plus fréquent, le plus discuté et le plus sujet aux controverses : comment les normes majoritaires nous affectent-elles dans notre vie ordinaire de telle manière qu'elles puissent se constituer comme déterministe, passer pour "normal" au point de rendre une vie invivable. Les discussions sur le sujet trans sont profondément marquées et affectées par l'idée d'un changement de sexe. Or la population trans est profondément inhomogène et va donc alimenter une discussion sans fin sur les positionnements et donc des définitions des uns et des autres. Pour la partie militante de la population trans, le sujet trans est d'abord un sujet profondément affecté par l'usage hégémonique des normes majoritaires et non par les traitements et opérations. Tous les acteurs et actrices, quel que soit le type de transition rêvée ou entreprise, sont mobilisé.es dans cette direction et l'usage qu'elles font d'Internet est largement canalisé par cet impératif des discriminations les empêchant d'accéder au lien social, à l’inverse du quidam qui a pour lui l'avantage de la neutralisation sociologique et le privilège de la symbolisation cisgenre.

Le nombre de forums va se multiplier puis le blog va progressivement apparaître quand, de sujet observé, le minoritaire devient un sujet observant et analysant. L'usage d'Internet bascule du côté de la production et diffusion de savoirs. L'ODT est issu de cette transformation.

L'usage d'internet généralise plusieurs choses essentielles : la mise en réseau facilitant la prise de contact et la prise de décision, la montée en puissance d'une militance intersectionnelle et son évolution sur une production de savoirs (faire et être) et expertises, condition pour se visibiliser dans l'espace convoité de diffusion des savoirs stratégiques. Enfin, la requête d'informations objectives maximisant la qualité des traitements, opérations, thérapies dont les acteurs/trices ont besoin.

 

En conclusion, internet rempli la fonction de canal social, voire de lien social, partout où les discriminations ont imposé des ruptures et violences. Multiple et tentaculaire, internet devient ce monde bis du monde réel sursaturé de conflits de groupes sociaux minoritaires désirant accéder au privilège de la neutralisation symbolique (ou naturalisation) anonyme et des privilèges socio-économiques.

La population trans peut alors se renommer, du transsexualisme aux transidentités que vont contester les acteurs historiques de la pathologisation, ceux-là même qui voyait dans internet une fuite vers les mondes de fantasmes, dissociant le réel du virtuel à l’instar de la dissociation sexe genre et voulait le contrôler, ce qui en est le corollaire. Le contexte national se trouve manifestement débordé et va d'ailleurs s’y mettre à son tour. Celui-ci est désormais en prise sur une mondialisation contestée par les acteurs du contrôle qui y voit une nouvelle fuite en avant, un nouveau hochet pour masquer les replis nationaux de type identitaristes. De manière nette, internet joue tout son rôle de créateur de nouveaux espaces de subjectivité qui sont devenus des espaces de reconfigurations.

 

« « « « 

Mise en ligne : 4 avril 2014

Internet et l’émergence du mouvement intersexe : Une expérience singulière

Lucie Gosselin

Anthropologue

 

 

 

« « « « « « « `

 

À la demande de l'Observatoire Des Transidentités, c'est avec plaisir que je tenterai dans ces quelques pages de résumer l'essentiel de mon article Internet et l’émergence du mouvement intersexe : Une expérience singulière, celle de l’Organisation internationale des Intersexué∙e∙s (OII)1 paru à l'origine en 2011 et d'approfondir certaines observations que j'ai pu faire par la suite sur l'importance de l'utilisation d'Internet pour le mouvement intersexe ainsi que dans les parcours de vie personnels.

 

Rendues invisibles par le système biomédical, la législation et la culture familiale, les personnes intersexes ont commencé depuis une vingtaine d'années à revendiquer leur identité dans l’espace public et à s’organiser en associations visant à la reconnaissance de leur spécificité. Dans ce processus, Internet joue un rôle important pour le réseautage, le transfert de l'’information et la diffusion des revendications (mettre fin aux interventions chirurgicales cosmétiques et à la stigmatisation, contribuer à la visibilité dans l’espace public, faire connaître le vécu et orienter les décisions juridiques et politiques) ainsi que pour l'autodétermination des personnes de commencer à s'identifier comme intersexes à un certain moment de leurs vies.

La création de ces associations n’aurait pas été possible sans le libre accès aux nouvelles technologies de l’information et plus particulièrement à l’Internet. Ces association évoluent dans le contexte décrit par Castells dans Le pouvoir de l’identité qui explore les mouvements sociaux et la politique « tels qu’ils résultent de l’interaction entre la mondialisation (qu’impulse la technologie), le pouvoir de l’identité (sexuelle, religieuse, nationale, ethnique, territoriale, sociobiologique) et l’État (avec ses institutions) » (Castells, 1999, p. 13). Les nouveaux moyens de communication ont donc permis le réseautage d’individus qui étaient auparavant très isolés dans leurs milieux.

La présence de personnes intersexes dans la société peut sembler à priori très marginale; pourtant, « En 2000, l’American Journal of Human Biology publiait un article qui évaluait à 1,728 % les conditions les plus fréquemment associées à l’intersexualité (Blackless, Charuvastra, et al., 2000, p. 159), mais les chiffres varient selon les sources qui signalent qu’entre 1,7 et 4 % de la population serait intersexe ». (Kraus et al., 2008, p. 8) En admettant qu’il n’y ait que 1,7 % de la population qui le soit, cela touche quand même un nombre considérable de personnes.

C'est le système biomédical qui contribue le plus largement à l’invisibilisation de l'identité intersexe, non seulement en normalisant les corps et en étiquetant l’intersexualité comme une anormalité, mais aussi en imposant la norme des deux sexes comme « naturelle ».

Avant l’avènement d’Internet, les personnes intersexes étaient isolées et ne se connaissaient pas entre elles. La possibilité de se percevoir comme intersexe en était d'autant plus infime puisqu'elle ne connaissait souvent que le syndrome médical qu’on leur avait attribué, et parfois même pas, éludant du même coup le concept même de l’intersexualité dont on ne parlait jamais. En conséquence, les premières associations de soutien et les plus nombreuses sont celles qui regroupent les personnes diagnostiquées par un même syndrome médical.

Depuis une vingtaine d’années, grâce à la révolution technologique Internet, plusieurs associations de personnes intersexes se sont constituées indépendamment des groupes de soutien liés à un syndrome ou à une condition médicale en particulier; c’est-à-dire que ces associations regroupent des personnes ayant reçu des diagnostics différents, certaines incluent également des personnes non intersexes considérées comme des alliées2.

Même si ces associations ne véhiculent pas toutes les mêmes conceptions du sexe et du genre, leurs revendications convergent vers certains buts communs :

  • le principal est de faire cesser les interventions chirurgicales de normalisation sur les bébés à la naissance comme s’ils souffraient d’un problème de santé urgent. En effet, le traitement des bébés intersexes est un paradoxe dans un système légal qui interdit formellement les mutilations génitales. Ce paradoxe est mis en évidence quand on opère rapidement des enfants qui n’ont aucun problème physiologique afin de normaliser leur sexe; ce qui est pratiqué en Occident depuis les années 1950;
  • soutenir les personnes intersexes dans leur vécu individuel et mettre fin à la stigmatisation;
  • se manifester sur la scène publique et mettre fin à l’invisibilisation des personnes intersexes imposée par la normalisation des corps et le secret entourant leur condition;
  • faire connaitre le vécu des personnes intersexes et pouvoir orienter les décisions politiques les concernant.

 

Intersex Society of North América (ISNA)

La première association importante regroupant les personnes intersexes sans distinction concernant les différents diagnostics médicaux est fondée en 1993 par la militante américaine Cheryl Chase aux États-Unis. « The Intersex Society of North America (ISNA) was founded in 1993 in an effort to advocate for patients and families who felt they had been harmed by their experiences with the health care system »3. Les buts de cette association sont de mettre fin au secret et à la honte qui entoure l’intersexualité ainsi qu’aux chirurgies pratiquées sur les jeunes enfants dans un but de normalisation morphologique. Elle met en place un forum de soutien pour les personnes intersexes et effectue un travail remarquable de sensibilisation auprès des intervenants du système biomédical ainsi que dans la population en général. Uniquement anglophone, l’ISNA se consacre essentiellement aux enjeux états-uniens concernant l’intersexualité et travaille de concert avec le milieu médical.

Dans les années qui suivent, certaines critiques sont adressées à l’ISNA par les militants. L’une d’entre elles se rapporte au fait que les experts médicaux ont trop de pouvoir au sein de la direction de l’organisation. Ces experts véhiculent une vision étroite de l’intersexualité la réduisant à une maladie. Ensuite, l’adoption de la nouvelle appellation Disorders of Sex Development (DSD)4 par l’ISNA en 2006 et sa diffusion dans le milieu médical états-unien ont été vécues comme une trahison par de nombreux militants qui refusent de se considérer en fonction de cette classification des maladies. Une autre critique importante s’adresse à un principe de base de l’ISNA qui affirme que « Intersexuality is primarily a problem of stigma and trauma, not gender »5; en effet, pour de très nombreuses personnes intersexes, le genre et les catégories binaires de sexe sont un enjeu majeur, elles les maintiennent dans l’invisibilité et ne leur permettent pas d’exprimer leur identité particulière.

Conséquemment à ces critiques et à tous les problèmes qu’elles ont provoqués au sein de l’organisme, l’ISNA mis fin à ses activités en juin 2008.

 

Organisation internationale des intersexué∙e∙s (OII)

En 2003, Curtis Hinkle, un militant états-unien intersexe, traducteur de métier et francophile, s’associe à deux Québécois pour créer une association francophone enregistrée au Québec comme association sans but lucratif : l’Organisation internationale des Intersexué∙e∙s, le site Internet en français6 est mis en ligne en avril 2003. L'un des buts poursuivis par la création de cette association était de se situer hors de la sphère médicale. À ce moment, il n’existait pas beaucoup de documents de vulgarisation sur l’intersexualité en français; depuis, de nombreux articles ont été traduits ou écrits en français par des militants de l’OII. Le travail de l’association fait boule de neige et l’équipe de départ s’adjoint rapidement plusieurs collaborateurs, souvent des militants aguerris engagés dans les luttes féministes, trans et intersexes, de nombreux pays européens; puis une version anglaise du site est créée dont le forum est très actif puisque des Américains, des Britanniques et des Australiens y participent. Un volet espagnol s’ajoute au site par la suite, nourri par des militants d’Amérique latine. Son site Internet devient multilingue et regroupe des personnes intersexes des cinq continents.

Des groupes régionaux sont créés OII France, OII Australie, Orféo, etc. Chacun travaille de façon autonome dans son pays en tenant compte de son contexte législatif et culturel particulier afin de faire connaitre et avancer la cause de l’intersexualité. Tous ces groupes régionaux organisés en réseau sont constamment informés grâce au site de l’OII qui devient ainsi un portail international de l’intersexualité7.

L’OII dénonce le système de la binarité des sexes et le fait qu’il n’y ait que deux catégories de sexe reconnues dans nos sociétés. Cette organisation considère que la vision hétéronormative du monde est le fondement social des traitements imposés aux personnes intersexes, c’est-à-dire la normalisation imposée des corps sans consentement et de la marginalisation dont les personnes intersexes sont victimes. Cela explique l’engagement de ses membres dans la lutte contre l’hétéronormativité et l’essentialisation des catégories de sexe et de sexualités. Cette organisation s’allie donc avec les féministes, les trans, les queers, les lesbiennes, les gais et les personnes bisexuelles que l’OII considère comme des alliés puisque leurs expériences chevauchent celles des personnes intersexes (médicalisation des corps définis comme maladifs, au sexe inachevé8, lutte pour le respect de l’intégrité et de la réappropriation du corps).

Pendant de nombreuses années, l’OII fait un travail de fond auprès des personnes intersexes et de leurs proches par l’intermédiaire de son site Internet en brisant l’isolement et en apportant un soutien psychologique. Le site informe aussi les personnes sur les aspects médicaux et sociaux de leurs conditions et publie les activités, conférences et écrits reliés au sujet. Par l’intermédiaire de son forum, les personnes intersexes partagent leurs connaissances médicales et les expériences vécues avec le système de santé et elles s’échangent des informations souvent bien plus pertinentes que celles données par des médecins qui ont peu de connaissances sur le sujet. Le site s'adresse aussi aux parents d’enfants intersexes. Ils s’entraident, se conseillent et peuvent profiter de l’expérience des membres intersexes adultes qui leur donnent une rétroaction sur leur enfance et leur adolescence. Cette rétroaction aide les parents à mieux comprendre le vécu et la situation de leurs enfants et à prendre les décisions adéquates pour leur avenir. Ces échanges constructifs comblent une grande lacune du système de santé au sein duquel les parents ne bénéficient d’aucun groupe de support ni des informations complètes et nécessaires à une décision éclairée.

En plus des nombreux ateliers, conférences et manifestations organisés par des membres de l’association, l’OII a été à l’origine de trois événements plus importants dont ses membres sont particulièrement fiers. À l’été 2006, l’OII s’est fait connaitre dans le milieu LGBT en animant un atelier intitulé À qui appartiennent nos corps ? Les droits humains et les personnes intersexuées lors de la Conférence internationale sur les droits humains LGBT associée aux 1ers Outgames mondiaux Montréal 2006. Le même été, du 16 au 19 août, sous l’impulsion de membres européens de l’OII sont organisées les 1res Universités d’Été des Intersexes et Intergenres d’Europe tenues à Paris. C’est au cours de cette rencontre qu’émerge l’idée, entre Cynthia Kraus9 et quelques militant∙e∙s, de la parution d’un numéro spécial de Nouvelles Questions féministes sur le thème de l’intersexualité paru en mars 2008 avec la collaboration de plusieurs membres de l’OII. De plus, depuis 2005, grâce à l’initiative des membres de l’OII, une journée est désormais consacrée à l’intersexualité le 8 novembre de chaque année, date anniversaire de la naissance d’Herculine Barbin10, devenue l’icône du mouvement intersexe dont les mémoires furent publiés en 1978 par Michel Foucault11.

 

Depuis 2012, le site original ne fonctionne plus parce que l'instigateur du projet ne pouvait plus s'en occuper, mais un autre site francophone a été mis en ligne12 en 2013 par quelques militant∙e∙s qui ont repris en main l'OII. Illes se sont investi∙e∙s avec des militant∙e∙s d'autres organisations qui a mené en décembre 2013, entre autres, au 3e Forum International intersexe de l'ILGA au cours duquel 35 organisations de personnes intersexes de 30 pays ont produit la déclaration de Malte qui est supportée par d’autres organisations, y compris par des alliés13.

Grâce au travail des militant∙e∙s et à l'importance de l'Internet qui leur permet de s'organiser comme jamais auparavant, des événements comme le forum de l'ILGA sont devenus possibles, l'intersexualité est de plus en plus connue dans la population et la lutte concernant les revendications intersexes s'intensifie, le milieu médical doit commencer à en tenir compte davantage même si la bataille n'est pas encore gagnée et que beaucoup de travail reste à faire.

 

« « « « « « « `

Références

 

Blackless, M., Charuvastra, A., Derryck, A., Fausto-Sterling, A., Lauzanne, K. et E. Lee (2000). « How Sexually Dimorphic Are We? Review and Synthesis », American Journal of Human Biology, vol. 12, p. 151-166.

Castells, M. (1999). Le pouvoir de l’identité. L’ère de l’information. Paris, Fayard.

Foucault, M. (1978) Herculine Barbin dite Alexina B. Paris, Éditions Gallimard.

Goldschmidt, R. (1917). « Intersexuality and the Endocrine Aspect of Sex », Endocrinology, vol. 1, no. 4, p. 433-456.

Kraus, C., Perrin, C., Rey, S., Gosselin, L. et G. Guillot. (2008). « Démédicaliser les corps, politiser les identités : convergences des luttes féministes et intersexes », Nouvelles Questions Féministes, vol. 27, no 1, p. 4-15.

« « « « « « « `

 

1. Gosselin, L. (2011). Internet et l'émergence du mouvement intersexe. Une expérience singulière, celle de l'Organisation internationale des intersexué-e-s (OII). Minorités sexuelles, Internet et santé. J. D. J. J. Lévy, B. Ryan et C. Thoër (dir.). Québec, Presses de l'Université du Québec : 199-209.

2. Il sera question de deux de ces associations seulement dans cet article.

3. Http://www.isna.org/, consulté le 19 août 2009.

4. Désordres du développement sexuel (DDS) en français.

5. Http://www.isna.org/, consulté le 19 août 2009.

6. http://www.intersexualite.org/Index.html

7. À ce jour, nous avons recensé des consultations du site provenant de 94 pays différents.

8. À ce sujet, voir Kraus, C., Perrin, C., Rey, S., Gosselin, L. et Guillot, G. (2008) « Démédicaliser les corps, politiser les identités: convergences des luttes féministes et intersexes », Nouvelles Questions Féministes, vol. 27, n° 1, p. 12.

9. Maître d'enseignement et de recherche en Études genre et en Études sociales des sciences à l'Université de Lausanne.

10. Celle-ci est une hermaphrodite du XIXe siècle qui fut obligé de changer de sexe par le système juridique de son époque et qui finira par se suicider.

11. Foucault, M. (1978) Herculine Barbin dite Alexina B. Paris, Éditions Gallimard.

12. oiifrancophonie.org

13. Voir http://oiifrancophonie.org/318/conclusion-du-3eme-forum-international-intersexe-de-lilga-manifeste-du-troisieme-forum-international-intersexe-du-1er-decembre-2013/.

« « « « « « « `

 

Mise en ligne : 4 avril 2014

Links

Entretien avec Marcel Nuss

Marcel Nuss

Chris Gerbaud

 

Appas

Source : http://www.appas-asso.fr

 


 

Entretien avec Marcel Nuss


Tu as créé avec d’autres personnes l’association l’APPAS dont je suis membre, mais j’aimerai bien savoir où en sont les choses, comment cela avance et comment une personne transidentitaire peut s’inscrire dans les processus de construction de cette association » avant-gardiste. »  

Elle s’inscrit très simplement dans notre processus de construction puisque, parmi nos accompagnant(e)s sexuel(le)s, nous avons à Strasbourg Cornélia qui est transgenre. Personnellement, cette inscription me semble normale et essentielle dans la mesure où nous revendiquons la reconnaissance de l’accompagnement sexuel pour toutes les personnes « handicapées », quelle que soit leur orientation sexuelle. De ce fait, cette question n’a même jamais été débattue dans l’association, tant la réponse est évidente pour nous. Par contre, nous n’estimons pas être d’avant-gardes, nous ne faisons que militer pour faire accepter ce qui est en place dans plusieurs pays d’Europe (Pays-Bas, Danemark, Allemagne, Suisse, Autriche, Italie, etc.), parfois depuis plus de 30 ans.

 

–           Qu’est-ce que l’APPAS ?

l’APPAS a pour but de promouvoir, par des actions concrètes allant à l’encontre de la loi actuelle, la reconnaissance et la mise en place de l’accompagnement sexuel en France. Pour ce faire, nous sommes conseillés par plusieurs juristes, dont une avocate en situation de dépendance vitale. C’est-à-dire que nous assumons clairement une opposition frontale à la législation actuellement en vigueur en France en matière de proxénétisme et de prostitution. Nous réclamons ouvertement le respect du droit-liberté, mais aussi du libre choix. En nous appuyant, entre autres, sur des droits à la santé sexuelle, édictés notamment par l’OMS.


–            Qu’entendre par l’expression que l’on entend souvent « assistance sexuelle » ?

Tout d’abord, nous ne parlons pas d’assistance sexuelle, désignation d’origine anglo-saxonne, qui, pour les personnes « handicapées », dans notre culture, a une connotation stigmatisante. Nous parlons « d’accompagnement sexuel » et d’accompagnant(e)s sexuel(le)s. En effet, il s’agit d’accompagner et non d’assister ces personnes dans la quête d’une réappropriation, d’une reconnexion et d’une (ré)incarnation de leur corporéité, de leur charnalité et de leurs sens. De ce fait, l’accompagnement sexuel peut aller de simples massages, travail sur le toucher, sur le contact peau à peau, jusqu’à l’expérience de rapports sexuels. Dans les deux cas, les séances sont limitées en nombre. Car il ne s’agit pas de pallier à un manque qui n’est pas spécifique aux personnes « handicapées » – loin s’en faut, puisque plus de 3 millions de personnes souffrent de misère affective et sexuelle, en France -, mais de leur redonner de l’estime de soi et donc de la conscience en eux, leur offrant ainsi les outils pour recréer du lien et entrer en relation par leurs propres moyens. L’accompagnement sexuel, sous cette optique, est une forme de thérapie. C’est une réponse à une demande légitime mais pas la réponse, la seule réponse possible. À nous de nous adapter aux demandes et de proposer un cadre contractuel dès le départ, offrant une sécurité et un confort maximums à toutes les parties prenantes d’un accompagnement sexuel. Ce cadre sera néanmoins assez souple pour offrir une latitude suffisante pour permettre l’expression des individualités et des sensibilités en présence.


–          Comment pourrait évoluer l’accompagnement sexuel par rapport  aux avancées des autres pays ?

     Notre objectif est d’importer en France ce qui se pratique déjà chez nos voisins européens avec succès. Mais cela suppose que nous assumions une opposition frontale avec la législation en vigueur dans l’Hexagone. Ce que nous allons faire, et que nous avons déjà commencé à faire, en ayant prévenu le gouvernement et les pouvoirs publics de nos intentions et de nos objectifs. À ce titre, nous avons commencé à mettre, dans plusieurs régions, en relation des personnes « handicapées » et des accompagnant(e)s sexuel(le)s provenant d’horizons différents (médico-social, prostitution, etc.). Et, parallèlement, nous allons proposer d’ici le printemps des formations à l’accompagnement sexuel pour les postulants à ce travail, mais également pour les professionnels travaillant en milieu institutionnel. Enfin, nous sommes en train de mettre en place des partenariats avec des partenaires associatifs européens militant pour la même cause.

     Et, évidemment, nous sommes entourés de juristes qui nous conseillent car il ne s’agit pas de faire n’importe quoi, n’importe comment.

 

–          Connais-tu les avancées en matière associative sexe et handicap dans les pays Anglos-Saxons ?

    À ma connaissance, côté anglo-saxon, ils ont les mêmes difficultés que nous en France, et ils essaient d’avancer comme nous, c’est-à-dire en passant par une certaine transgression, en Angleterre par exemple. À ma connaissance également, aux États-Unis, seuls deux Etats permettent la pratique de l’accompagnement sexuel, au Canada c’est impossible pour le moment ; par contre, en Australie et en Nouvelle-Zélande, l’accompagnement sexuel est pratiqué.

     Quoi qu’il en soit, la reconnaissance de l’accompagnement sexuel dépend principalement du contexte culturel. Les blocages sont bien plus d’ordre moral qu’éthique, malheureusement.

 

–          Si est envisagé un accompagnement sexuel par des personnes transidentitaires, quelles pourraient être les obstacles de représentations possibles à briser selon toi ?

    Au niveau de l’association, il n’y a aucun obstacle. Que des personnes trans nous rejoignent, cela signifie d’offrir aux personnes « handicapées », quelle que soit leurs orientations sexuelles, de trouver leur compte, de trouver une réponse adaptée à leur demande et à leurs besoins. Ce qui est primordial, dans une association qui défend le respect du libre choix et du droit-liberté. Je refuse toute forme de discrimination et de rejet, la seule frontière à ne pas dépasser, c’est le respect des limites et des choix de son prochain.


–       Peux-tu voir et concevoir des liens d’engagement (un « espace » commun) politique  entre les personnes transidentitaires et les personnes handicapées, le terrain militant peut-il être le même ?

Oui, il peut y avoir un espace commun d’engagement politique même si, par ailleurs, notre militantisme réciproque n’est pas nécessairement identique mais complémentaire. Là où nous nous rejoignons pleinement, c’est sur la défense du respect des droits et des libertés, dans quelque domaine que ce soit et, particulièrement, dans celui de disposer librement de son corps et de notre vie.


Propos recueillis par Chris Gerbaud

 


Mise en ligne, 1 mars 2014

 

Entretien avec Vincent Buraud de Contact Aquitaine

Vincent Buraud

Psychopraticien et formateur, consultant pour Contact Aquitaine

 

 

 


Entretien avec Vincent Buraud

 

 

– Bonjour Vincent, pourrais-tu te présenter ainsi que Contact ?


Bonjour. Je suis psychopraticien et formateur, j’exerce mon activité en cabinets et en tant que consultant pour Contact Aquitaine. Je suis rentré dans l’association vers 2006-2007 ou j’ai démarré très vite par des interventions en milieu scolaire (IMS) permettant de lutter contre les discriminations au lycée et au collège. Depuis, j’interviens en tant que professionnel en animant des groupe d’écoute et de parole, en régulant, régulateur de l’équipe de bénévoles « écoute téléphonique » et en proposant des formations à la relation d’aide.

J’ai grandi avec Contact, c’est une expérience fondatrice pour moi.

Contact ce sont au départ des parents qui ont cherchés à se retrouver autour d’une difficulté : l’annonce de l’homosexualité de leurs enfants. Je te parle de ça, il y a vingt ans, avec le temps les choses se sont élaborées les activités se sont développées.

Aujourd’hui, on compte une vingtaine d’associations Contact sur le territoire français avec des antennes qui seront des futures associations ainsi qu’une association nationale réseau qui est Contact France. Toutes ces associations sont composées de parents d’enfants LGBT, ce qui marque une belle diversité de personnes.

 

Les actions de Contact sont concentrées sur de l’écoute téléphonique avec une ligne mutualisée, des groupes d’écoutes et de paroles (chaque dernier samedi du mois pour Bordeaux), des entretiens individuels, des interventions en milieu scolaire pour lutter contre les discriminations et tout particulièrement celles qui touchent les LGBT, de la formation professionnelle et des temps de convivialité.

Notre action, à l’échelle nationale, est reconnue par deux agréments ministériels : éducation nationale et éducation populaire. Nous participons aussi, autant que possible, aux questions sociétales et familiales. Pour Contact Aquitaine, nous faisons partie de l’UDAF, de la CAF et de divers réseaux sociaux de notre région LGBT et autres.

 

 

– Depuis quand mettez-vous en avant la question du genre dans vos IMS ?

 

Je crois que dès le départ cette question existe. Je pense ne pas pouvoir aborder ces discriminations sans faire un tour par la norme et donc l’hétéronormativité.

Avec le temps, les choses se sont élaborées aussi pour moi, j’ai toujours été très prudent afin d’éviter le prosélytisme ou la stigmatisation des LGBT même si lever cette dernière est très certainement une de mes motivations premières.

Pour cela je passe par le sexisme, il est important pour moi d’accompagner les élèves et de partir de là où ils sont, sinon c’est compliqué et l’on rentre dans une confrontation ou bien une empathie dégoulinante qui ne me va pas.

Je les force à réagir, à réfléchir sur le pourquoi des choses qui sont ainsi et à aller au-delà du « c’est comme ça depuis toujours surtout ne touchont à rien ».

 

 

– Quels sont les écueils que vous rencontrez sur ce thème ?

 

Ils sont différents à chaque fois en fonction de l’établissement, du niveau de classe et des élèves bien sûr, la proportion filles/garçons peut jouer mais pas toujours.

Comme je te le disais, pour aborder le genre je passe par le sexisme en utilisant des situations courantes d’inégalités femmes/hommes. Les jeunes sont en train de terminer de se construire et entrent dans l’expérience pour consolider cette structure, ils apprennent à quitter un monde pour entrer dans un autre et en fonction de l’éducation, des modèles familiaux, des dogmes religieux il est parfois très difficile de questionner la norme.

J’essaie le plus possible de faire en sorte qu’ils se sentent concernés pour permettre une simplification de compréhension de la norme.

 

 

– Est-ce que vous abordez la question de la transidentité aussi ?

 

Oui aussi quand je sens qu’il y a de l’espace pour ça, si le groupe n’y est pas je n’y vais pas.

J’ai fait l’expérience d’y aller quand même à plusieurs reprises et si trop de personnes dans le  groupe ne sont pas prêtes (stéréotypes très marqués) cela se transforme en bouffonnerie géante qui peut renforcer les stéréotypes.

 

 

– Comment est-ce reçu lorsque vous l’abordez ? (par les élèves et l’institution)

 

Quand l’espace est ouvert cela déclenche beaucoup de réactions, la fascination est à mon avis la principale car elle convoque la transgression d’un interdit lié à la norme.

 

Je tâche de les accompagner pour quitter les fantasmes qui s’y sont associés et des représentations pour entrer dans le sujet, souvent je passe par un exemple qui est le suivant : c’est l’histoire d’une petite fille de 5 ans qui vient dire à ses parents qu’ils se sont trompés en la fabriquant ils lui ont mis une zezette alors qu’elle devrait avoir un zizi.

Cet exemple paraît naïf et il l’est peut-être mais par là je cherche à montrer ce qu’une personne ressent d’elle avant d’être configurée de manière trop forte par la norme.

 

Pour l’institution et bien je ne sais pas trop, j’ai deux situations en mémoire, la première c’est la participation à une journée d’intervention d’une femme d’origine transsexuelle et ça n’a posé aucun problème il me semble et l’autre c’est à la demande d’une assistante sociale d’un collège ou l’établissement avait du mal à gérer un élève primo-arrivant brésilien qui manifestait fortement son désir d’être une fille.

Je crois que l’institution n’en est pas arrivée à ces questions.

 

– Du point de vue du formateur : est-ce que ces questions sont suffisamment mises en avant ? Et que pourrait-on envisager/ penser pour qu’elles trouvent une place au quotidien dans les établissements ? (des fascicules ? des clips ? des sites ? des bonnes pratiques ?)

 

J’ai commencé du coup à répondre à cette question. A mon avis, non, elles ne sont clairement pas assez mises en avant. Au sein du ministère de l’éducation nationale, les dernières directives ne font pas place à ces questions. Pourtant donner de la place à ces questions est nécessaire ! Je pense aussi que nous sommes en partie responsables de cette situation, les fantasmes autour de ces sujets ont créé des phobies qui n’ont pas lieu d’être. En maintenant la ou les phobies, on maintient le fantasme.

Donc, à mon sens, il faut encourager les personnes qui ont traversé ces expériences à venir en parler pour démystifier la situation, nous avons aussi besoin de créer des supports pédagogiques. L‘objectif est bien de continuer de développer le vivre ensemble.

 


Mise en page : 31 janvier 2014 

Page 1 sur 3

© 2017 observatoire-des-transidentites.com - hébergement CMULTIMEDIA.COM